« The Lebanese rocket society », le zinc et le soufre

  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/views.module on line 1113.
  • strict warning: Declaration of views_handler_field::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_field.inc on line 1147.
  • strict warning: Declaration of views_handler_sort::options_validate() should be compatible with views_handler::options_validate($form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_sort.inc on line 165.
  • strict warning: Declaration of views_handler_sort::options_submit() should be compatible with views_handler::options_submit($form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_sort.inc on line 165.
  • strict warning: Declaration of views_handler_sort::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_sort.inc on line 165.
  • strict warning: Declaration of views_handler_filter::options_validate() should be compatible with views_handler::options_validate($form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_filter.inc on line 587.
  • strict warning: Declaration of views_handler_filter::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_filter.inc on line 587.
  • strict warning: Declaration of views_handler_area::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_area.inc on line 81.
  • strict warning: Declaration of views_handler_area_text::options_submit() should be compatible with views_handler::options_submit($form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_area_text.inc on line 121.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_query::options_submit() should be compatible with views_plugin::options_submit($form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/plugins/views_plugin_query.inc on line 169.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_row::options_validate() should be compatible with views_plugin::options_validate(&$form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/plugins/views_plugin_row.inc on line 136.
  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/views.module on line 1113.
  • strict warning: Declaration of views_handler_argument::options_validate() should be compatible with views_handler::options_validate($form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_argument.inc on line 917.
  • strict warning: Declaration of views_handler_argument::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_argument.inc on line 917.
  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/views.module on line 1113.
  • user warning: You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MariaDB server version for the right syntax to use near 'AND n.nid != 98 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10' at line 1 query: SELECT DISTINCT n.title, n.nid FROM node n INNER JOIN content_type_article tn ON n.nid = tn.nid WHERE n.status = 1 AND tn.nid = AND n.nid != 98 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10 in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/includes/common.inc(1731) : eval()'d code on line 7.
  • user warning: You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MariaDB server version for the right syntax to use near 'AND n.nid != 98 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10' at line 1 query: SELECT DISTINCT n.title, n.nid FROM node n INNER JOIN content_type_article tn ON n.nid = tn.nid WHERE n.status = 1 AND tn.nid = AND n.nid != 98 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10 in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/includes/common.inc(1731) : eval()'d code on line 7.
  • user warning: You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MariaDB server version for the right syntax to use near 'AND n.nid != 98 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10' at line 1 query: SELECT DISTINCT n.title, n.nid FROM node n INNER JOIN content_type_article tn ON n.nid = tn.nid WHERE n.status = 1 AND tn.nid = AND n.nid != 98 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10 in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/includes/common.inc(1731) : eval()'d code on line 7.
  • user warning: You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MariaDB server version for the right syntax to use near 'AND n.nid != 98 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10' at line 1 query: SELECT DISTINCT n.title, n.nid FROM node n INNER JOIN content_type_article tn ON n.nid = tn.nid WHERE n.status = 1 AND tn.nid = AND n.nid != 98 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10 in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/includes/common.inc(1731) : eval()'d code on line 7.
Patrimoine
2013-07
Cet article a été publié dans: 
Numéro 65 - Juillet 2013

Le Liban, puissance spatiale ? Cette idée aujourd’hui inimaginable a pourtant pris corps grâce aux rêves d’un enseignant-chercheur né à Jérusalem d’origine arménienne, Manoug Manougian. Avec son équipe d’étudiants de la faculté arménienne de Beyrouth Harzagian, Manougian est le fondateur du programme spatial libanais du début des années 60.

 

Des archives cinématographiques nationales désaffectées et inutilisables ont conduit les réalisateurs libanais du documentaire « The Lebanese rocket society », Joana Hadjithomas et Khalil Joreige, en Floride, où Manougian enseigne depuis la fin de l’aventure spatiale libanaise. Il leur dévoile alors de superbes photos et films amateurs conservés et permet ainsi de ressusciter « Cedre », fusée-star libanaise tombée dans l’oubli.

 

Cette épopée originale reçoit le soutien de l’armée, qui s’est progressivement rendue compte du potentiel militaire du projet. Refusant un détournement à des fins d’armement, Manougian décide l’arrêt du programme. De la même manière, un responsable d’un pays du Golfe propose à Manougian de poursuivre ses travaux chez eux, ce qu’il refuse catégoriquement. 

Les fusées lancées des collines de la région de Beyrouth atteignent des distances de plus en plus lointaines, jusqu’à tomber près de Chypre, ce qui provoque une importante crise diplomatique. 

 

Les craintes deviennent alors tangibles pour les pays de la région et d’autres plus lointains, les pressions sur les dirigeants libanais s’accentuent alors pour exiger la fin du programme. De surcroît, un accident au sein de la faculté blesse grièvement des participants au projet, grèvant encore un peu plus l’avenir du programme « Cèdre ». 

L’année 1966 sonne le glas de cet ambitieux projet, avec la guerre des six jours, la fin du panarabisme et l’installation au pouvoir des dictatures dans le monde arabe. 

 

Une cinquantaine d’années plus tard, nombre de pays arabes vivent des crises sans précédent et leurs leaders sont déchus. Etrange ironie du calendrier, c’est au cœur de ces crises, début 2011, que les deux cinéastes se mettent à construire une reproduction de la plus emblématique des fusées « Cèdre 4 ». Après une épopée administrative et un trajet burlesque dans Beyrouth, la statue de l’engin trône devant l’entrée de Haigazian se fondant quasi-instantanément dans le paysage et donnant une impression de déjà-vu à certains passants !

 

A l’instar du zinc et du soufre, qui malaxés par les bras des étudiants, ont permis de propulser les fusées « Cèdre », les cinéastes plasticiens Joana Hadjithomas et Khalil Joreige ont réussi leur mixture. 

Le film, mélange hybride d’investigation, d’introspection et de science-fiction (plutôt rare dans le cinéma arabe), brouille les cartes à l’oreille, le titre sonne plus « Tarantino » que « National Geographic ». 

 

« The Lebanese rocket society » montre aussi avec émotion la gratitude des Arméniens réfugiés au Liban et en Palestine, qui, au travers de leur travail dans le programme spatial libanais, remercient leur pays d’accueil en le projetant dans le club très fermé des pays prenant part à la conquête de l’espace. 

Mais alors, comment la mémoire collective libanaise a-t-elle pu occulter un pan si important de son histoire? Pour Khattar Abou Diab, politologue et enseignant à l’Université de Paris XI, « ce qui s’est passé pendant la seule période de stabilité politique de 1958 à 1964, a été oublié car l’aventure est restée isolée et éphémère. 

Ce qui n’a pas empêché nombre de pays étrangers de profiter de cette élite. » 

Pour l’heure, les nations arabes n’ont pas encore pris, ou repris, leur place dans la course spatiale, même si les Etats-Unis et l’Arabie Saoudite ont envoyé le prince Sultan Ben Salman Al Saoud dans l’espace en juin 1985, et la Syrie en collaboration avec l’Union Soviétique le colonel Mohamed Ahmed Faris en juillet 1987. 

 

Il n’en reste pas moins qu’aujourd’hui, les seules infrastructures sérieuses de la région se trouvent en Iran et Turquie.

 

Dès lors, la question essentielle est : quelle place prendront les pays arabes dans le domaine scientifique de demain ? Ce qui est sûr, c’est que le champ des possibles s’élargira aussi avec une part de rêve et d’audace dans la science. Le monde arabe devra un jour faire sien l’expression de la philosophe allemande Hannah Arendt : « Etre libre et agir ne font qu’un ».

 

Comment les 2 superpuissances Etats-Unis et Russie considéraient-elles le Liban à l’époque, du point de vue spatial : rival sérieux ou rival «amusant» ? 

 

Le projet spatial libanais commence dans une petite université arménienne avec un professeur de mathématiques, Manoug Manougian, et ses étudiants avant d’être rejoint par des ingénieurs civils et militaires comme le général Youssef  Wehbé. Au départ, ce projet n’était sans doute pas pris au sérieux. Mais très vite, les essais deviennent plus ambitieux et les fusées de plus en plus performantes. 

Manoug affirme que son bureau était fouillé, ses papiers consultés comme s’il était espionné. Quand la fusée Cedar 4 tombe non loin des côtes chypriotes, c’est le tollé international car on se rend compte à ce moment-là de la puissance de ces fusées. Mais pour nous, le plus important c’est surtout que Manoug et ses étudiants se sentaient contemporains du reste du monde, ils étaient persuadés qu’ils participaient à une recherche commune.  

 

La reprise d’un tel programme serait-elle envisageable ? Qu’est-ce qui l’en empêche aujourd’hui ?

 

Ce serait peu plausible, la recherche en général a changé et aujourd’hui, il faut énormément de moyens pour pouvoir reprendre un tel programme. 

La recherche spatiale a fait des progrès fulgurants mais en même temps, ce n’est plus cette priorité et cette émulation entre les deux puissances qui les poussaient dans cette voie. Manoug est pourtant en train de développer avec ses étudiants aux USA, à l’Université South Florida,  un nouveau projet autour de fusées mais qui devraient voler sans combustibles chimiques !  

 

Sur la page Facebook du film, on découvre, publiée par un internaute pour l’occasion, la photo d’un vieux billet de loterie à l’effigie de la fusée.  Espérez-vous que cette démarche de mémoire se généralise à d’autres histoires méconnues ?

 

Nous sommes intéressés par la raison pour laquelle certains évènements impriment l’imaginaire et d’autres disparaissent de nos mémoires individuelles et collectives. 

Cela nous renseigne sur la façon aussi dont on écrit l’Histoire et dont cette dernière se transmet. Nous avons beaucoup travaillé autour de l’histoire officielle et sur ce qu’on nomme des «anecdotes’ mais qui ont pour nous un intérêt important en tant qu’histoires tenues secrètes, histoires disparues. 

Pourquoi avons-nous oublié ce projet spatial libanais? Cette question nous intéresse car elle nous renseigne aussi sur les représentations que nous avons de nous-même. 

 

Comment le Liban d’aujourd’hui peut-il attirer à nouveau la recherche scientifique? Sachant que dorénavant les célébrations de la faculté Haigazian se tiennent plutôt à Los Angeles, où les étudiants arméniens ont massivement émigrés ?

 

Le Liban possède des énergies très fortes ainsi que le désir continu de progresser que l’on retrouve chez beaucoup de gens. 

 

Il faudrait voir comment les attirer en leur offrant stabilité et surtout les moyens. De grands chercheurs à travers le monde sont d’origine libanaise, leur aide pourrait être d’une grande utilité dans l’avenir. 





Post new comment