Algérie (1962-2012) : un médiocre bilan économique

  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/views.module on line 1113.
  • strict warning: Declaration of views_handler_field::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_field.inc on line 1147.
  • strict warning: Declaration of views_handler_sort::options_validate() should be compatible with views_handler::options_validate($form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_sort.inc on line 165.
  • strict warning: Declaration of views_handler_sort::options_submit() should be compatible with views_handler::options_submit($form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_sort.inc on line 165.
  • strict warning: Declaration of views_handler_sort::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_sort.inc on line 165.
  • strict warning: Declaration of views_handler_filter::options_validate() should be compatible with views_handler::options_validate($form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_filter.inc on line 587.
  • strict warning: Declaration of views_handler_filter::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_filter.inc on line 587.
  • strict warning: Declaration of views_handler_area::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_area.inc on line 81.
  • strict warning: Declaration of views_handler_area_text::options_submit() should be compatible with views_handler::options_submit($form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_area_text.inc on line 121.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_query::options_submit() should be compatible with views_plugin::options_submit($form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/plugins/views_plugin_query.inc on line 169.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_row::options_validate() should be compatible with views_plugin::options_validate(&$form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/plugins/views_plugin_row.inc on line 136.
  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/views.module on line 1113.
  • strict warning: Declaration of views_handler_argument::options_validate() should be compatible with views_handler::options_validate($form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_argument.inc on line 917.
  • strict warning: Declaration of views_handler_argument::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_argument.inc on line 917.
  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/views.module on line 1113.
  • user warning: You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MariaDB server version for the right syntax to use near 'AND n.nid != 51 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10' at line 1 query: SELECT DISTINCT n.title, n.nid FROM node n INNER JOIN content_type_article tn ON n.nid = tn.nid WHERE n.status = 1 AND tn.nid = AND n.nid != 51 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10 in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/includes/common.inc(1731) : eval()'d code on line 7.
  • user warning: You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MariaDB server version for the right syntax to use near 'AND n.nid != 51 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10' at line 1 query: SELECT DISTINCT n.title, n.nid FROM node n INNER JOIN content_type_article tn ON n.nid = tn.nid WHERE n.status = 1 AND tn.nid = AND n.nid != 51 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10 in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/includes/common.inc(1731) : eval()'d code on line 7.
  • user warning: You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MariaDB server version for the right syntax to use near 'AND n.nid != 51 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10' at line 1 query: SELECT DISTINCT n.title, n.nid FROM node n INNER JOIN content_type_article tn ON n.nid = tn.nid WHERE n.status = 1 AND tn.nid = AND n.nid != 51 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10 in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/includes/common.inc(1731) : eval()'d code on line 7.
  • user warning: You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MariaDB server version for the right syntax to use near 'AND n.nid != 51 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10' at line 1 query: SELECT DISTINCT n.title, n.nid FROM node n INNER JOIN content_type_article tn ON n.nid = tn.nid WHERE n.status = 1 AND tn.nid = AND n.nid != 51 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10 in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/includes/common.inc(1731) : eval()'d code on line 7.
Economie Maghreb
2012-08
Cet article a été publié dans: 
Numéro 54 - Août 2012

Les anniversaires sont toujours l’occasion de faire un bilan de ce qui s’est passé avant et de ce qui pourrait se passer après. L’Algérie qui a fêté le cinquantième anniversaire de son indépendance (juillet 1962), est donc confrontée à l’inévitable bilan économique, à défaut d’un bilan politique.

Cinquante ans se sont donc écoulés depuis le passage de la souveraineté française à la souveraineté algérienne. Cinquante ans au cours desquels les autorités dirigeantes de ce pays ont disposé de ressources énergétiques importantes, principalement gazières, pour mettre en œuvre un processus d’industrialisation dont le pays avait et a toujours besoin, pour répondre aux attentes d’une population de plus en plus nombreuse et jeune, donc de plus en plus nombreuse à la recherche d’un emploi.

En vérité le bilan économique des cinquante ans d’indépendance de l’Algérie est plus que mitigé. ce qui fait que l’envoyée spéciale de RFI à Alger a pu noter que « le cinquantième anniversaire n’a guère passionné les Algériens plus préoccupés par leurs difficultés quotidiennes ». Le premier constat est celui du maintien d’une trop grande dépendance de l’économie algérienne vis à vis des hydrocarbures, pétrole et gaz. Et ce d’autant plus que les ressources pétrolières sont aujourd’hui en voie d’extinction. Reste le gaz, bien sûr. Mais, en annonçant, le 4 juillet, un éventuel plan de rigueur, pour compenser la baisse du prix du pétrole et du gaz, le ministre des finances Karim Djoudi a bien marqué la faiblesse structurelle de l’économie du pays.  En estimant le manque à gagner pour l’année à 20 milliards de dollars, dans l’hypothèse d’une tendance baissière maintenue du prix du baril de l’or noir et la nécessité de le compenser, le ministre algérien a mis le doigt sur le fait que l’Algérie dépend entièrement de serrements du marché des hydrocarbures, illustrant ainsi la faiblesse d’une économie qui n’a jamais décollé.  L’échec des politiques économiques antérieures est patent, aggravé par une corruption que tout le monde déplore.

Certes, des dépenses considérables ont été constatées entre 2001 et 2011 pour moderniser les infrastructures du pays et améliorer la vie quotidienne des Algériens. On parle de plus de 500 milliards de dollars qui auraient ainsi été prélevées sur les ressources tirées des hydrocarbures. Mais ces dépenses n’ont pas permis au pays de s’industrialiser et l’industrie ne représente  que 5,6% du P.I.B !  Pire encore, le maintien d’une agriculture archaïque ne permet pas aujourd’hui de satisfaire la demande locale de produits de base comme la pomme de terre et la tomate. C’est ainsi qu’en 2011, cinq milliards de produits alimentaires ont été importés alors que l’Algérie aurait largement de quoi nourrir sa population.

Pourtant l’argent existe, les caisses de l’Etat sont loin d’être vides. Ne parle t-on pas d’un fonds souverain officieux de 50 milliards de dollars ? Mais cet argent n’a servi à ce jour qu’à un soutien, insuffisant, à la consommation. Certes des dépenses sociales ont été faites pour éviter l’explosion sociale, mais pour autant le pouvoir d’achat reste très faible et le chômage demeure endémique, atteignant un taux effrayant pour les jeunes (plus de 50% selon une étude de l’association algérienne pour la sauvegarde de la jeunesse en 2008) qui n’ont qu’un objectif : fuir à l’étranger.

Cela est d’autant plus préoccupant que les bonnes années appartiennent au passé. Dès 2020, le pays pourrait  importer du pétrole, et les exportations de gaz pourraient se réduire compte tenu de la demande intérieure locale. Comment alors financer une politique sociale de plus de 13 milliards d’euros par an en 2011, indispensable pour maintenir, très imparfaitement d’ailleurs, la paix sociale et une stabilité politique qui est à tout moment menacée ?

A l’évidence, le bilan est inquiétant. Sans reprendre les commentaires sévères de la presse algérienne où le journal El Watan constate que « le pays est entré dans l’indépendance à reculons », ou Le Quotidien d’Oran qui a titré  « Que faire le 5 juillet prochain ? », force est de constater que les ressources tirées de l’économie de la rente n’ont pas permis l’industrialisation du pays. Utilisées essentiellement pour soutenir la consommation, et non l’Investissement, ne préparant en rien le moment où elles auront diminué, ces ressources n’ont pas été utilisées pour construire une économie d’avenir. L’Histoire se renouvelle, retrouvant ici le même processus que celui connu avec la chute de l’empire de Charles Quint. Il est prouvé que l’économie de rente sans vision du futur conduit à la catastrophe

En ne sachant pas prendre, ou en n’ayant pas voulu prendre le risque de grands projets structurants, comme par exemple le Maroc a su le faire, l’Algérie a incontestablement pris le risque majeur que le train ne passe pas deux fois. Que de temps perdu ‘y compris dans la construction de l’intégration maghrébine), que de ressources gaspillées ! Désormais, le droit à l’erreur, l’inertie, l’absence de décision, ne sont plus de mise si on veut avoir, dans 25 ans par exemple, un autre bilan. Mais dans 25 ans la population ne sera pas de 35 millions d’habitants, mais plus de 50 millions. Les ressources pétrolières du pays auront disparu et les ressources gazières auront diminué. Le pire est donc peut être à venir pour ce pays, qui était pourtant parmi les mieux dotés du Maghreb en ressources naturelles, et, peut-être, pour toute la région maghrébine qui serait perturbée par une crise sociale et politique généralisée en Algérie.