Grèce : mensonges et démagogie ont assez duré

  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/views.module on line 1113.
  • strict warning: Declaration of views_handler_field::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_field.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_sort::options_validate() should be compatible with views_handler::options_validate($form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_sort.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_sort::options_submit() should be compatible with views_handler::options_submit($form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_sort.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_sort::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_sort.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_filter::options_validate() should be compatible with views_handler::options_validate($form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_filter.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_filter::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_filter.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_area::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_area.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_area_text::options_submit() should be compatible with views_handler::options_submit($form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_area_text.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_query::options_submit() should be compatible with views_plugin::options_submit($form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/plugins/views_plugin_query.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_row::options_validate() should be compatible with views_plugin::options_validate(&$form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/plugins/views_plugin_row.inc on line 0.
  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/views.module on line 1113.
  • strict warning: Declaration of views_handler_argument::options_validate() should be compatible with views_handler::options_validate($form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_argument.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_argument::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_argument.inc on line 0.
  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/views.module on line 1113.
  • user warning: You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MariaDB server version for the right syntax to use near 'AND n.nid != 153 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10' at line 1 query: SELECT DISTINCT n.title, n.nid FROM node n INNER JOIN content_type_article tn ON n.nid = tn.nid WHERE n.status = 1 AND tn.nid = AND n.nid != 153 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10 in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/includes/common.inc(1731) : eval()'d code on line 7.
  • user warning: You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MariaDB server version for the right syntax to use near 'AND n.nid != 153 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10' at line 1 query: SELECT DISTINCT n.title, n.nid FROM node n INNER JOIN content_type_article tn ON n.nid = tn.nid WHERE n.status = 1 AND tn.nid = AND n.nid != 153 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10 in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/includes/common.inc(1731) : eval()'d code on line 7.
  • user warning: You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MariaDB server version for the right syntax to use near 'AND n.nid != 153 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10' at line 1 query: SELECT DISTINCT n.title, n.nid FROM node n INNER JOIN content_type_article tn ON n.nid = tn.nid WHERE n.status = 1 AND tn.nid = AND n.nid != 153 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10 in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/includes/common.inc(1731) : eval()'d code on line 7.
  • user warning: You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MariaDB server version for the right syntax to use near 'AND n.nid != 153 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10' at line 1 query: SELECT DISTINCT n.title, n.nid FROM node n INNER JOIN content_type_article tn ON n.nid = tn.nid WHERE n.status = 1 AND tn.nid = AND n.nid != 153 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10 in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/includes/common.inc(1731) : eval()'d code on line 7.
Economie Monde
2015-04
Cet article a été publié dans: 
Numéro 86 - Avril 2015

Paradoxalement, on peut constater que la Grèce a été un des pays de l’euro zone ayant connu pendant la période 2000-2008 un des plus fort taux de croissance, ayant à la veille de la crise des « subprimes »,  une hausse annuelle de son PIB de 4% .Pour autant la situation s’est très vite dégradée, sans que cela soit vraiment une surprise pour ceux et celles qui suivaient de près les comptes du pays. En effet, la Grèce vit depuis plus de quarante ans avec des dépenses publiques exorbitantes, dont les dirigeants successifs ont régulièrement maquillé les comptes publics,  et avec une  fraude fiscale qui semblait la règle générale, provoquant  un manque à gagner de 10 à 15 milliards par an entre 2009 et 2011. 

 


 
Pays surprenant, où le budget de l’armée ramené au PIB est l’un des plus importants d’Europe avec 4,5%, et ou l’Église orthodoxe, malgré un patrimoine foncier estimé à plus de 700 milliards d’euros, ne paie pas le moindre impôt comme d’ailleurs les armateurs. 

Aussi le réveil va être brutal lorsque les créanciers du pays ont  commencé à douter de sa capacité à rembourser la dette. 

 

On découvre alors le manque de transparence dont les Grecs ont fait preuve  lors de leur entrée dans la zone euro, dissimulant leur  situation financière, levant des fonds hors bilan et utilisant de nouveaux instruments financiers mis au point par Goldman Sachs. 

 

Tout s’est accéléré à partir de 2010. Le 23 avril 2010, la Grèce demande l’aide du FMI et de l’Union européenne.  Le 2 mai un accord est trouvé et Athènes obtient 110 milliards d’euros de crédits (80 prêtés par les pays membres de la zone euro, 30 milliards par le FMI). 


 
En contrepartie la Grèce est amenée à prendre les premières mesures d’austérité.

Dans la nuit du 9 au 10 mai 2010, pour répondre à la peur des marchés et éviter que la crise ne se propage au sein de certains pays de l’ Union européenne, comme le Portugal et l’Italie, le FMI et l’Union européenne décident de la création d’un fonds de stabilisation de 750 milliards d’euros. 

 

À cela vient s’ajouter un plan de soutien de 80 milliards d’euros  sous forme de prêts bilatéraux consentis par les États membres,  dont 16,8 milliards à la charge de la France, et de 30 milliards d’euros apportés par le FMI.

 

Très vite, on va s’apercevoir que cela est insuffisant et que de nouveaux financements doivent être trouvés. Une deuxième phase critique commence, et le 21 juillet 2011 les responsables européens adoptent les grandes lignes d’un second plan de sauvetage. Le 21 juillet il est décidé d’accorder 109 milliard d’euros de fonds publics supplémentaires et le 27 octobre un accord est trouvé entre banques  par lequel les banques privées acceptent d’annuler 50% de la dette publique qu’elles détiennent sur la Grèce. Une recapitalisation des banques grecques et européennes complète le dispositif mis en place. Tout cela accompagne le renforcement des mesures d’austérité et un contrôle de plus en plus important de la « troïka » (Commission européenne, Banque centrale européenne et FMI). 

 


 
Suite aux élections du printemps 2012, le pays est amené à  demander une nouvelle aide, ayant pris du retard dans la réalisation des promesses faites à la troïka. Mais, cette fois, l’accord est difficile à trouver. Le FMI exige un engagement de la Grèce pour abaisser sa dette à 120% du PIB, ce qui aurait conduit les États européens -et non les banques privées- à abandonner une partie de leur créance sur Athènes. Les États européens l’ont toujours refusé et vont de nouveau le refuser. L’accord va alors se faire sur un objectif de 124 % permettant d’éviter le défaut de paiement des grecques.

 


 
Le dernier temps fort est celui de l’élection d’Alexis Tsipras, nommé premier ministre du pays le 28janvier dernier. Son programme  consiste  d’abord d’en finir avec la « troïka », puis ensuite de mettre fin de l’austérité avec un relèvement du SMIC à 751euros et de  lutter contre la fraude fiscale. Vaines paroles ! En finir avec la « troïka » supposerait qu’on puisse s’en passer. 


 
Or, pour obtenir la prolongation du plan d’aide sans laquelle on passait du risque d’insolvabilité à l’insolvabilité avec les conséquences qu’on imagine, il a bien fallu composer. De même en ce qui concerne le SMIC, il n’est plus question d’en fixer le montant et encore moins d’en faire une priorité. Enfin, la lutte contre  la fraude fiscale était déjà un engagement des gouvernements précédents, lequel  n’a jamais été tenu.

 


 
Ce qui se passe en Grèce rappelle fort opportunément que « bien mal acquis ne profite jamais ». 

 


 
Or les dirigeants grecs  ont menti en falsifiant leurs statistiques officielles pour accéder à la zone euro, ils ont continué à mentir en ne respectant pas les engagements pris à l’égard de la troïka, et ils ne tiennent toujours pas  le langage de vérité comme a pu le voir  avec les promesses démagogiques de Tsipas  lors  des dernières élections législatives. 

Certes, cela lui a permis d’être élu, mais à quel prix ?

 

Tous ces mensonges successifs pénalisent toujours  une seule et même victime: le peuple. Certains ne manqueront pas de dénoncer la naïveté de ceux qui croient que les promesses engagent ceux qui les font, alors que l’histoire et le quotidien nous rappelle qu’elles n’engagent que ceux qui les reçoivent. Le peuple grec vient d’en faire l’amère expérience. 


 
Autre leçon à tirer de ces derniers événements, celle récurrente du danger mortel de l’électoralisme démagogiques et de ses arguments totalement déconnectés dans la plupart des cas de la réalité économique. 

 


 
Certes, cela peut   permettre de gagner des élections, mais dans le meilleur des cas cela se traduira, lorsqu’il s’agira de les mettre en application, par le reniement des promesses faites dans le meilleur des cas. Et dans le pire des cas, ce sera le chaos économique et politico-social.





Post new comment