L’amitié France-Liban : un enjeu civilisationnel

  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/views.module on line 1113.
  • strict warning: Declaration of views_handler_field::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_field.inc on line 1147.
  • strict warning: Declaration of views_handler_sort::options_validate() should be compatible with views_handler::options_validate($form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_sort.inc on line 165.
  • strict warning: Declaration of views_handler_sort::options_submit() should be compatible with views_handler::options_submit($form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_sort.inc on line 165.
  • strict warning: Declaration of views_handler_sort::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_sort.inc on line 165.
  • strict warning: Declaration of views_handler_filter::options_validate() should be compatible with views_handler::options_validate($form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_filter.inc on line 587.
  • strict warning: Declaration of views_handler_filter::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_filter.inc on line 587.
  • strict warning: Declaration of views_handler_area::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_area.inc on line 81.
  • strict warning: Declaration of views_handler_area_text::options_submit() should be compatible with views_handler::options_submit($form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_area_text.inc on line 121.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_query::options_submit() should be compatible with views_plugin::options_submit($form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/plugins/views_plugin_query.inc on line 169.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_row::options_validate() should be compatible with views_plugin::options_validate(&$form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/plugins/views_plugin_row.inc on line 136.
  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/views.module on line 1113.
  • strict warning: Declaration of views_handler_argument::options_validate() should be compatible with views_handler::options_validate($form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_argument.inc on line 917.
  • strict warning: Declaration of views_handler_argument::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_argument.inc on line 917.
  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/views.module on line 1113.
  • user warning: You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MariaDB server version for the right syntax to use near 'AND n.nid != 161 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10' at line 1 query: SELECT DISTINCT n.title, n.nid FROM node n INNER JOIN content_type_article tn ON n.nid = tn.nid WHERE n.status = 1 AND tn.nid = AND n.nid != 161 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10 in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/includes/common.inc(1731) : eval()'d code on line 7.
  • user warning: You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MariaDB server version for the right syntax to use near 'AND n.nid != 161 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10' at line 1 query: SELECT DISTINCT n.title, n.nid FROM node n INNER JOIN content_type_article tn ON n.nid = tn.nid WHERE n.status = 1 AND tn.nid = AND n.nid != 161 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10 in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/includes/common.inc(1731) : eval()'d code on line 7.
  • user warning: You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MariaDB server version for the right syntax to use near 'AND n.nid != 161 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10' at line 1 query: SELECT DISTINCT n.title, n.nid FROM node n INNER JOIN content_type_article tn ON n.nid = tn.nid WHERE n.status = 1 AND tn.nid = AND n.nid != 161 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10 in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/includes/common.inc(1731) : eval()'d code on line 7.
  • user warning: You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MariaDB server version for the right syntax to use near 'AND n.nid != 161 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10' at line 1 query: SELECT DISTINCT n.title, n.nid FROM node n INNER JOIN content_type_article tn ON n.nid = tn.nid WHERE n.status = 1 AND tn.nid = AND n.nid != 161 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10 in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/includes/common.inc(1731) : eval()'d code on line 7.
Dialogue des civilisations
2015-06
Cet article a été publié dans: 
Numéro 88 - Juin 2015

La qualité et la solidité des liens qui unissent la France et le Liban n’ont  pas besoin d’être démontrées  tant  il est vrai qu’elles font partie de la diplomatie traditionnelle de la France. Parler de l’amitié franco-libanaise semble donc relever du lieu commun. Pourtant, cela renvoie à une réalité très forte et à quelques idées fondamentales.
Trois points méritent d’être particulièrement mis en exergue.
D’abord, la permanence de l’amitié franco-libanaise
Dans un discours prononcé à Beyrouth, le 27 juillet 1941, le général de Gaulle rappelait le lien ancien entre la France et le Liban :

 « Dans tout cœur de Français digne de ce nom, je puis vous dire que le nom seul de Liban fait remuer quelque chose de très particulier, et j’ajoute que c’est d’autant plus justifié que les Libanais ont été le seul peuple … dont, jamais, aucun jour, le cœur n’a cessé de battre au rythme de la France».

Quelque chose de très particulier unit donc les deux pays. Certes, pour diverses raisons, il arrive périodiquement que des Libanais pensent que d’autres puissances sont plus attractives, plus rentables à court terme. Pourtant, il n’est pas d’autre pays sur lequel le Liban puisse autant compter. Aucun n’égalera  jamais l’action française en faveur du Liban. En effet, la France est la seule puissance qui n’a jamais désespéré de la souveraineté et de l’existence même du Liban. C’est le seul pays qui a toujours refusé de tracer un trait sur le Liban. Malgré tous les coups subis, jamais la France n’a baissé les bras. Jamais elle n’est restée inactive quand il s’agit  du sort du Liban. 
La position française est donc claire. Elle repose sur l’affirmation déterminée de la souveraineté et de l’indépendance du Liban. Non seulement parce que c’est un pays auquel les Français sont historiquement et humainement attachés, mais encore parce que sa stabilité, dans le respect et la richesse de sa diversité, nous paraît essentielle. 

S’il y a quelque chose qu’on peut sans doute qualifier d’affection entre les deux pays, ce sentiment va plus loin parce que cela concerne une certaine idée de l’Histoire. C’est la vision que l’on peut avoir en commun.
Une vision commune. 
À ce propos je  citerai deux Libanais.
Le premier c’est Bahjat Rizk dans son judicieux essai intitulé L’identité plurielle libanaise :
« Le Liban n’est pas une société de services de plus dans un monde globalisé, ni une construction utilitaire, hasardeuse, précaire, artificielle et versatile, mais un véritable projet de vivre en commun. »

Le second Libanais c’est le philosophe René Habachi qui déclarait dans une conférence donnée au Cénacle libanais à Beyrouth en 1961: 

« Si le Liban  voulait monter au niveau de sa vocation, il pourrait devenir infiniment plus grand que lui-même. » 

C’est parce qu’il est d’une importance bien supérieure à ses 10 452 km2, que le Liban est, comme l’a écrit Maurice Barrès, le « phare spirituel de la Méditerranée orientale ». C’est cette vocation du Liban que la France a su comprendre.  C’est cette vocation que la France a toujours voulu protéger.
L’engagement de la France pour le Liban vise donc à préserver l’exception libanaise. Contrairement à ce qui a été dit trop souvent, la vocation du Liban n’est pas d’être un État tampon, elle consiste plutôt à d’être un pays trait d’union, ce qui n’est évidemment pas la même chose. Cette vocation a bien été résumée par un grand humaniste Libanais, Charles Hélou qui rappelait que le Liban est « ce promontoire, dressé sur la côte orientale du vieux lac méditerranéen,  un lieu où souffle l’esprit, le terrain de rencontre des cultures ». 
C’est pourquoi, le Liban tient une place particulière pour la France. Aux yeux de la France, il est particulièrement bien placé pour être l’un des acteurs indispensables du grand combat pour le dialogue des cultures. C’était d’ailleurs le thème du Sommet des chefs d’État et de gouvernement de la Francophonie réuni à Beyrouth en octobre 2002.  
De fait, le problème fondamental est celui de l’avenir des cultures et du dialogue des civilisations à l’ère de la mondialisation. En effet, notre monde moderne est menacé par l’esprit de d’hégémonie des uns sous couvert d’une mondialisation qui doit être définie comme une uniformisation et une standardisation. Notre monde est également  menacé par l’obscurantisme des autres. Il est menacé par tout ce qui conduit à l’ignorance,  au choc des civilisations, à la haine. Dès lors, nous avons l’obligation d’imaginer un autre monde où prévaudront les dialogues féconds plutôt que les affrontements stériles et funestes. Pour cela  il faut conserver des pôles de rayonnement spirituel et de dialogues positifs. Nous avons besoin d’intercesseurs, de médiateurs, entre les civilisations. Sur ce point encore la France et le Liban se retrouvent puisqu’ils ont la même ambition de jouer ce rôle et qu’ils peuvent le jouer côte à côte. 
Le Liban est un « exemple de pluralisme culturel ». Voici, au carrefour des plus anciennes routes de l’humanité, un pays qui ne s’est jamais replié sur lui-même. Depuis que les hardis navigateurs phéniciens ont sillonné les mers, les Libanais ont été de grands passeurs entre les civilisations et se sont constamment ouverts sur le monde. A toutes les époques, le Liban a été un indispensable intermédiaire entre les peuples et entre les nations. 

Le Liban est un trait d’union entre le monde arabe – dont il fait naturellement partie - et les pays d’Europe. Il est, par nature, un acteur du dialogue entre les civilisations. 
Le monde, et singulièrement notre monde méditerranéen qui est l’héritier des plus  grandes civilisations de l’humanité, a besoin d’un Liban prospère, uni, fidèle à une certaine idée de lui-même. Un Liban fidèle à sa mission éternelle, qui doit faire en sorte de continuer à être plus grand que lui-même.

Ce rôle dévolu au Liban est, sans aucun doute, le plus nécessaire et le plus actuel. Mais pour être à la hauteur de leur destin, les Libanais doivent faire face à leur propre responsabilité à l’égard d’eux-mêmes et de leur pays. 
Un enjeu civilisationnel
J’ai cité les Phéniciens. Le Liban est assurément un très vieux pays, mais – comme le disait Georges Naccache - c’est un État « très jeune ». Et, hélas, un État bien fragile.
Pour jouer son rôle au service de l’humanité, le Liban doit relever un défi majeur, celui de la restauration de l’État. L’État est la condition de l’Histoire. Il est l’inspirateur et le coordinateur de l’action collective.  Il est l’expression du vouloir vivre ensemble qui caractérise une nation.
Soyons précis. Vivre ensemble au sein d’une nation ne consiste pas à vivre côte à côte en voisinant comme les manchots sur la banquise. Une société humaine n’est pas non plus un assemblage de groupes vivant retranchés dans de pseudo-identités de substitution, s’excluant les uns les autres. Le respect des croyances de chacun, celui des diversités, ne signifie pas l’addition de particularismes agressifs mais plutôt de rechercher les valeurs partagées, en particulier entre croyants et non-croyants ou entre croyants de différentes religions. Vivre ensemble, c’est avoir la conviction d’une unité de destin dans l’universel  pour faire quelque chose ensemble. Cela  s’appelle l’Histoire. 

Au Liban, plus encore qu’ailleurs, il s’agit  de combattre les particularismes, les corporatismes et les communautarismes. Le confessionnalisme exacerbé, le communautarisme obtus sont,  ici comme partout, des facteurs de régression Il s’agit de rejeter tout ce qui  génère inévitablement des ghettos identitaires. 

Il s’agit de garantir le lien social en rétablissant la suprématie de  l’État de droit, en renforçant la citoyenneté  et la solidarité des citoyens autour d’un projet national. Il s’agit, tout simplement, d’arriver à l’émergence d’un bien commun partagé par tous les citoyens, un bien commun transcendant les intérêts particuliers dont il ne saurait être la somme. 

L’enjeu est de faire de la diversité et de la juxtaposition des croyances un facteur d’enrichissement mutuel et un exemple de dialogue réussi entre les religions. Le Liban n’est pas seulement un carrefour d’hommes et d’affaires, mais il est surtout une interférence de cultures. Si  la France a toujours été au côté du Liban, c’est aussi pour l’aider à relever le défi qui consiste à rester, ou redevenir, le miracle de tolérance, la terre sur laquelle ont fleuri les civilisations de la Méditerranée, le relais entre l’Occident et l’Orient. 
En vérité, l’enjeu de l’amitié franco-libanaise est civilisationnel. L’enjeu suprême, c’est le partage d’une certaine idée de la Méditerranée, une certaine idée de la civilisation.





Post new comment