La France, la Francophonie et le Liban

  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/views.module on line 1113.
  • strict warning: Declaration of views_handler_field::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_field.inc on line 1147.
  • strict warning: Declaration of views_handler_sort::options_validate() should be compatible with views_handler::options_validate($form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_sort.inc on line 165.
  • strict warning: Declaration of views_handler_sort::options_submit() should be compatible with views_handler::options_submit($form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_sort.inc on line 165.
  • strict warning: Declaration of views_handler_sort::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_sort.inc on line 165.
  • strict warning: Declaration of views_handler_filter::options_validate() should be compatible with views_handler::options_validate($form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_filter.inc on line 587.
  • strict warning: Declaration of views_handler_filter::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_filter.inc on line 587.
  • strict warning: Declaration of views_handler_area::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_area.inc on line 81.
  • strict warning: Declaration of views_handler_area_text::options_submit() should be compatible with views_handler::options_submit($form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_area_text.inc on line 121.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_query::options_submit() should be compatible with views_plugin::options_submit($form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/plugins/views_plugin_query.inc on line 169.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_row::options_validate() should be compatible with views_plugin::options_validate(&$form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/plugins/views_plugin_row.inc on line 136.
  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/views.module on line 1113.
  • strict warning: Declaration of views_handler_argument::options_validate() should be compatible with views_handler::options_validate($form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_argument.inc on line 917.
  • strict warning: Declaration of views_handler_argument::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_argument.inc on line 917.
  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/views.module on line 1113.
  • user warning: You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MariaDB server version for the right syntax to use near 'AND n.nid != 154 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10' at line 1 query: SELECT DISTINCT n.title, n.nid FROM node n INNER JOIN content_type_article tn ON n.nid = tn.nid WHERE n.status = 1 AND tn.nid = AND n.nid != 154 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10 in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/includes/common.inc(1731) : eval()'d code on line 7.
  • user warning: You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MariaDB server version for the right syntax to use near 'AND n.nid != 154 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10' at line 1 query: SELECT DISTINCT n.title, n.nid FROM node n INNER JOIN content_type_article tn ON n.nid = tn.nid WHERE n.status = 1 AND tn.nid = AND n.nid != 154 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10 in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/includes/common.inc(1731) : eval()'d code on line 7.
  • user warning: You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MariaDB server version for the right syntax to use near 'AND n.nid != 154 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10' at line 1 query: SELECT DISTINCT n.title, n.nid FROM node n INNER JOIN content_type_article tn ON n.nid = tn.nid WHERE n.status = 1 AND tn.nid = AND n.nid != 154 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10 in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/includes/common.inc(1731) : eval()'d code on line 7.
  • user warning: You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MariaDB server version for the right syntax to use near 'AND n.nid != 154 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10' at line 1 query: SELECT DISTINCT n.title, n.nid FROM node n INNER JOIN content_type_article tn ON n.nid = tn.nid WHERE n.status = 1 AND tn.nid = AND n.nid != 154 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10 in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/includes/common.inc(1731) : eval()'d code on line 7.
  • user warning: You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MariaDB server version for the right syntax to use near 'AND n.nid != 154 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10' at line 1 query: SELECT DISTINCT n.title, n.nid FROM node n INNER JOIN content_type_article tn ON n.nid = tn.nid WHERE n.status = 1 AND tn.nid = AND n.nid != 154 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10 in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/includes/common.inc(1731) : eval()'d code on line 7.
Francophonie
2015-04
Cet article a été publié dans: 
Numéro 86 - Avril 2015

Dans une thèse de doctorat que j’ai dirigé à l’Université Paris Descartes Sorbonne Paris Cité,  et qui a récemment été soutenue avec succès le 27 novembre 2014, M. Nabil el Khoury traite de la question  des « rivalités des diplomaties française et américaine à l’épreuve des crises libanaises depuis 1958 ». Cette thèse très intéressante expose clairement la différence fondamentale entre le jeu américain et l’action de la France au Liban. 

De fait, les États-Unis n’ont jamais accordé une priorité à la question du Liban. À Washington ce pays est conçu comme un simple pion sur l’échiquier global, un pion qu’il ne coûterait pas grand-chose de sacrifier pour faire plaisir à Israël ou s’attacher le soutien du régime syrien ou de  l’Iran. 


 
Au contraire, pour la France, le sort du pays du Cèdre a été une priorité constante. La diplomatie française a toujours maintenu, avec opiniâtreté, la question libanaise sur l’agenda diplomatique international. Il faut bien chercher ici l’expression d’une amitié  particulière. Il existe un lien spécial entre les deux pays (1). Et ce lien peut aussi s’expliquer par le fait qu’il y a une exception libanaise, une certaine mission du Liban qui justifie sa participation active à la Francophonie (2).


 
Un lien spécial  


 
La France est la seule grande puissance  qui a une véritable politique arabe,  c’est à dire qui considère le monde arabe comme un partenaire important et privilégié.  


 
La politique arabe de la France est l’expression d’une certaine idée du rôle de la France dans le monde, elle se fonde sur des principes et des objectifs stratégiques essentiels. Cette politique s’est consolidée autour d’alliances solides avec des amis sûrs et loyaux, des pays qui sont les piliers d’un jeu de la France au sud de la Méditerranée et au Proche-Orient. Parmi ces pays, il y a le Royaume du Maroc, certains États du Golfe arabe (dont les Émirats arabes unis), l’Égypte…

Il y a aussi le Liban qui occupe une place de choix dans la diplomatie française. Dans un discours prononcé à Beyrouth, le 27 juillet 1941, le général de Gaulle rappelait le lien ancien entre la France et le Liban :

 « Dans tout cœur de Français digne de ce nom, je puis vous dire que le nom seul de Liban fait remuer quelque chose de très particulier, et j’ajoute que c’est d’autant plus justifié que les Libanais, libres et fiers, ont été le seul peuple, dans l’histoire du monde, qui, à travers les siècles, quels qu’aient été les péripéties, les malheurs, les bonheurs, les destins, le seul peuple dont, jamais, aucun jour, le cœur n’a cessé de battre au rythme de la France».


 
Mais, si le cœur des Libanais a battu au rythme de la France, il faut ajouter que la  France est le seul pays qui n’a jamais désespéré de la souveraineté et de l’existence même du Liban. Le seul qui a toujours refusé de tracer un trait sur le Liban. Malgré tous les coups subis, jamais la France n’a baissé les bras. Jamais elle n’est restée inactive quand il s’agissait du sort du Liban. La plus récente manifestation de cet engagement français pour le Liban est l’accord tripartite signé avec l’Arabie saoudite pour la fourniture de 3 milliards de dollars de matériel militaire destiné au renforcement, si nécessaire, de l’armée libanaise.

La position française est claire. Elle repose sur l’affirmation déterminée de la souveraineté et de l’indépendance du Liban. Non seulement parce que  c’est un pays auquel nous sommes historiquement et humainement attachés, mais encore parce que sa stabilité, dans le respect et la richesse de sa diversité, nous paraît essentielle. 

Sans revenir sur un vieux débat et sur des polémiques incessantes, force est d’admettre que le Liban a une existence propre fort ancienne, même s’il n’est pas possible de le dissocier de l’ensemble arabe  dont il fait assurément partie.


 
Contrairement à ce qui a maintes fois été dit, la vocation du Liban n’est pas d’être un État tampon. Son rôle n’est pas d’assurer on ne sait quel équilibre entre de plus grands pays rivaux.  Ce qui caractérise un État tampon  est d’être dirigé par un pouvoir « mou » ou instable. Comme le note Georges Corm, la nature molle de l’État tampon « attire les puissances qui en font un lieu d’affrontement commode». De fait, le sort d’un tel État tampon est de devenir le terrain de jeu des autres. Le Liban a trop payé le prix de ce genre de calcul pour aspirer à être un État tampon. Au contraire sa vocation est d’être un pays trait d’union, ce qui n’est évidemment pas la même chose. 

J’en reviens à la distinction entre la perception états-unienne et celle de la France. Pour les États-Unis, le Liban est un État tampon, le lieu de dérivation des conflits.  Pour la France c’est un modèle original. C’est pourquoi la France n’a cessé de répéter que la solution aux crises du Liban passe par la restauration de l’État. 


 
Autant le pays « tampon » peut se passer d’un État souverain et fort, autant le pays modèle a besoin d’un État pour garantir les libertés des citoyens contre les factions et les factieux ; un État contre les forces pulvérulentes de dissolution,  les groupes d’intérêts égoïstes ; un État protecteur contre les factions armées constituant des États dans l’État.


 
 Au Liban, plus encore qu’ailleurs, il s’agit de combattre les particularismes et les communautarismes. Il serait temps de refuser les repliements confessionnels ou idéologiques qui conduisent à faire la guerre des autres, quand ce n’est pas à servir de supplétifs et de troupes d’appoint dans des aventures étrangères.  Il s’agit de garantir le lien social en assurant au bénéfice de toute la protection régulatrice de l’État de droit ; en renforçant la citoyenneté ; en garantissant la justice sociale et la solidarité des citoyens autour d’un projet national. Au Liban, il s’agit, tout simplement, de mettre un terme à un système où chaque communauté se fait du pays une conception sui generis pour arriver à l’émergence d’un bien commun partagé par tous les citoyens, un bien commun transcendant les intérêts particuliers dont il ne saurait être la somme. 

Selon la France, le Liban ne peut se réduire à une juxtaposition de croyances, de communautés et de destins parallèles, mais il doit être un peuple. Et ce peuple, dont l’identité est pluriculturelle, doit avoir un véritable projet de vie en commun. Comme l’a écrit Bahjat Rizk dans un judicieux essai intitulé L’identité plurielle libanaise (Paris, 2002):

« Le Liban n’est pas une société de services de plus dans un monde globalisé, ni une construction utilitaire, hasardeuse, précaire, artificielle et versatile, mais un véritable projet de vivre en commun. »


 
Dans une célèbre conférence prononcée en 1882, Renan affirmait qu’une nation «est une âme, un principe spirituel ». C’est « la possession en commun d’un riche legs de souvenir » et c’est aussi le désir de « vivre ensemble » et la volonté de « faire de grandes choses ensemble ». Cette volonté de former une communauté de destin dans l’universel  est la responsabilité des seuls Libanais. 


 
Mais c’est aussi la responsabilité d’un pays ami comme le France de les aider à surmonter les défis, de les soutenir, d’affirmer au monde entier que le Liban doit avoir un destin autonome. C’est à ce prix que subsistera cette exception qui est la véritable raison d’être du Liban et dont l’appartenance à la francophonie est véritablement un symbole. 


 
La langue française et l’exception libanaise
 

 
En 1914, lors d’une enquête aux pays du Levant (publiée en 1923), le grand écrivain Maurice Barrès constatait que « les Libanais ont un amour pour la langue française que beaucoup d’entre eux parlent avec une élégance bien rare chez les étrangers ».

C’est dire si la place du français revêt un aspect bien particulier. Comme le disait Andrée Chédid, « le Libanais est bilingue  par goût».


 
Je ne vais pas  redire que la France pourrait faire plus d’efforts pour la langue française. Je ne vais pas répéter que ceux qui, au Liban comme ailleurs, s’entiche de l’anglais sont de faux snobs et de vrais conformistes. Toutefois, un simple rappel permettra de clarifier les choses.  Selon un sondage de l’institut Ipsos,  réalisé en 2001, près d’un Libanais sur deux est francophone. Le Liban regroupe l’un des plus vastes réseaux d’institutions d’enseignement francophone au monde. Plus de 600.000 élèves sont concernés par l’enseignement du français, des classes maternelles aux terminales. Le sondage Ipsos a précisé que 69% des jeunes Libanais scolarisés avaient reçu en l’an 2000, au moins partiellement, un enseignement en français, contre 31% en anglais. 

Mais, le fond des choses est ailleurs. La question de la place de langue française au Liban se pose en termes d’enjeux importants. En vérité, la présence de la langue française au Liban revêt un caractère très particulier, au point qu’elle est devenue l’un des principaux éléments complémentaires de ce pays qui n’a jamais pour autant  renier son identité arabe. 

Charles Hélou, qui fut l’un des pères de la Francophonie internationale,  aimait à rappeler que le Liban est « ce promontoire, dressé sur la côte orientale du vieux lac méditerranéen,  un lieu où souffle l’esprit, le terrain de rencontre des cultures ». Cette ouverture au monde est l’une des caractéristiques du Liban.  

C’est pourquoi, le Liban tient une place de choix au sein de la Francophonie internationale ; il est particulièrement bien placé pour être l’un des acteurs essentiels du grand combat que conduit la Francophonie pour le dialogue des cultures. 

Le Liban démontre d’ailleurs que la taille ne fait rien à l’affaire. Un petit pays répète-t-on… En fin de compte, cela ne veut rien dire. Au faîte de sa puissance Sparte s’étendait sur les deux tiers du Péloponnèse, soit environ 8500 km2, et Athènes ne s’étendit jamais sur plus de 3 000 km2.  L’historien Pierre Gaxotte a noté que notre civilisation n’est pas née de l’énormité, mais dans des pays aux proportions humaines : « L’histoire grecque tient dans un mouchoir, mais la Grèce a donné au monde la perfection ».


 
 Ce n’est pas par ses dimensions qu’un pays est grand mais pour ce qu’il peut apporter à l’universel, sa vocation. Il n’est pas donné à tous d’avoir une mission et le Liban fait partie de ceux qui en ont une. 

En effet, il ne suffit pas à un pays de survivre ; ce qui compte par-dessus tout c’est ce qu’il peut apporter à l’humanité. À cet égard, le Liban a une sorte de vocation, un rôle régional et international qui est infiniment plus grand que lui-même. 

Comme le rappelait le philosophe René Habachi, dans une conférence donnée au Cénacle libanais à Beyrouth en 1961,  le Liban n’est pas seulement un carrefour d’hommes et d’affaires, mais une interférence de cultures : « Si le Liban  voulait monter au niveau de sa vocation, il pourrait devenir infiniment plus grand que lui-même. » 

De nos jours, malgré les percées de l’anglais, la francophonie demeure une composante essentielle de l’identité culturelle libanaise. Elle ne se réduit pas au seul fait de parler ou de faire usage de la langue française ; elle exprime plutôt une adhésion aux valeurs d’une pensée humaniste.

Pourquoi ne pas le dire ? Cet humanisme est bien nécessaire face à une mondialisation qui doit être définie comme une globalisation, et la culture qu’elle véhicule est une « culture globale » caractérisée par la standardisation et l’uniformisation. Il faut conserver des pôles de rayonnement spirituel et de dialogues positifs. Le monde, et singulièrement notre monde méditerranéen qui est l’héritier des plus  grandes civilisations de l’humanité, a besoin d’un Liban prospère, uni, fidèle à une certaine idée de lui-même.


 
Redevenir un « phare spirituel »


 
C’est encore Maurice Barrès qui écrivait « le Liban est -et doit rester- le  phare spirituel de la Méditerranée orientale ». Ne nous trompons pas, l’enjeu est civilisationnel. Fidèle à sa vocation millénaire, pays de tolérance, société pluriculturelle et, comme le décrit bien Bahjat Rizk, « exemple de pluralisme culturel », le Liban est le lieu idéal pour le dialogue des civilisations.  Et voici maintenant que l'urgence de ce dialogue, son impérative nécessité, confère à la vieille Phénicie une responsabilité  d'avenir : être un relieur de civilisations.  


 
En vérité, telle est la mission du Liban : redevenir un « phare spirituel » en Méditerranée orientale.





Post new comment