Le sud face à la question des réfugiés

  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/views.module on line 1113.
  • strict warning: Declaration of views_handler_field::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_field.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_sort::options_validate() should be compatible with views_handler::options_validate($form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_sort.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_sort::options_submit() should be compatible with views_handler::options_submit($form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_sort.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_sort::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_sort.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_filter::options_validate() should be compatible with views_handler::options_validate($form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_filter.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_filter::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_filter.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_area::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_area.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_area_text::options_submit() should be compatible with views_handler::options_submit($form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_area_text.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_query::options_submit() should be compatible with views_plugin::options_submit($form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/plugins/views_plugin_query.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_row::options_validate() should be compatible with views_plugin::options_validate(&$form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/plugins/views_plugin_row.inc on line 0.
  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/views.module on line 1113.
  • strict warning: Declaration of views_handler_argument::options_validate() should be compatible with views_handler::options_validate($form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_argument.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_argument::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_argument.inc on line 0.
  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/views.module on line 1113.
  • user warning: You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MariaDB server version for the right syntax to use near 'AND n.nid != 211 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10' at line 1 query: SELECT DISTINCT n.title, n.nid FROM node n INNER JOIN content_type_article tn ON n.nid = tn.nid WHERE n.status = 1 AND tn.nid = AND n.nid != 211 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10 in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/includes/common.inc(1731) : eval()'d code on line 7.
  • user warning: You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MariaDB server version for the right syntax to use near 'AND n.nid != 211 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10' at line 1 query: SELECT DISTINCT n.title, n.nid FROM node n INNER JOIN content_type_article tn ON n.nid = tn.nid WHERE n.status = 1 AND tn.nid = AND n.nid != 211 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10 in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/includes/common.inc(1731) : eval()'d code on line 7.
  • user warning: You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MariaDB server version for the right syntax to use near 'AND n.nid != 211 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10' at line 1 query: SELECT DISTINCT n.title, n.nid FROM node n INNER JOIN content_type_article tn ON n.nid = tn.nid WHERE n.status = 1 AND tn.nid = AND n.nid != 211 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10 in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/includes/common.inc(1731) : eval()'d code on line 7.
  • user warning: You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MariaDB server version for the right syntax to use near 'AND n.nid != 211 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10' at line 1 query: SELECT DISTINCT n.title, n.nid FROM node n INNER JOIN content_type_article tn ON n.nid = tn.nid WHERE n.status = 1 AND tn.nid = AND n.nid != 211 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10 in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/includes/common.inc(1731) : eval()'d code on line 7.
  • user warning: You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MariaDB server version for the right syntax to use near 'AND n.nid != 211 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10' at line 1 query: SELECT DISTINCT n.title, n.nid FROM node n INNER JOIN content_type_article tn ON n.nid = tn.nid WHERE n.status = 1 AND tn.nid = AND n.nid != 211 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10 in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/includes/common.inc(1731) : eval()'d code on line 7.
Conference
2016-12
Cet article a été publié dans: 
Numéro 105 - Décembre 2016

Le Forum de Lisbonne du Centre Nord-Sud du Conseil de l’Europe s’est réuni, les 24 et 25 novembre 2016, sur le thème « Migration et droits de l’homme ». Selon Jean-Marie Heydt, Président du  Comité exécutif du Centre Nord-Sud du Conseil de l’Europe, « Cette session annuelle du Forum s’est  proposée de renforcer la sensibilisation à la crise des migrations et de promouvoir une gestion de cette problématique fondée sur la coopération régionale et internationale, par le biais des échanges des bonnes pratiques entre les pays membres du Conseil de l’Europe et leurs voisins du sud de la Méditerranée ». A l’occasion du Forum , Zeina el Tibi a présenté une communication, au nom de l’Observatoire d’études géoplitiques, sur la question des réfugiés.  

 


 
Les médias et les politiciens occidentaux ont fait du problème des migrations une priorité. Le plus souvent  la question n’est envisagée que du côté des pays du Nord.  Je voudrais prendre deux exemples de la question des migrants et de leur intégration au sud de la Méditerranée. Deux exemples qui me semblent très symboliques du problème. Le premier concerne le Liban, le second le Maroc 

 


 
Le Liban en première ligne

 


 
Au Liban, la question de la migration est bien connue. Elle est un peu ancrée dans les gènes du pays puisque c’est à la fois un pays d’émigration et d’immigration.

Depuis le XIX siècle, des Libanais ont dû quitter leur pays, soit chassés par la misère, soit, le plus souvent, chassés par les crises qui ont ravagé la région. L’émigration libanaise a formé une diaspora qui représente aujourd’hui plus du double de la population du pays (Amérique du Sud, Québec et Canada, Europe ; Afrique, Australie…) Les crises (la persécution des minorités chrétiennes par les druzes sous les Ottomans, les conséquences de la guerre mondiale avec une véritable famine, la guerre de Palestine de 1948, puis celle de 1967, la guerre libanaise en 1975) ont provoqué l’exode de centaines de milliers de Libanais.

La vérité conduit à dire que l’intégration de ces migrants libanais a toujours  été exemplaire. Elle n’a jamais posé le moindre problème, aussi bien dans les deux Amériques qu’en France ou ailleurs. Et contrairement à ce qui a pu être dit, cette intégration n’a pas été facilitée par le fait qu’ils s’agissaient de réfugiés chrétiens car le nombre de musulmans est globalement aussi important. Simplement il y a eu une volonté de s’intégrer, par le travail, par l'école, le cas échant par l’apprentissage de la langue. Jamais on n’a pu dire que cette migration posait problème.

Par ailleurs, le Liban qui a donné tant d’émigrés est aussi le pays qui en proportion a reçu le plus de réfugiés.

En effet, le Liban a accueilli de centaines de milliers de réfugiés : près de 300 000 Palestiniens après la création de l’État d’Israël en Palestine en 1948, de nombreux autres en 1967 et maintenant plus d’un million et demi de réfugiés syriens.

Lors de sa visite au Liban en juillet 2016, le ministre des Affaires étrangères français a souligné  que la  contribution du Liban à l'accueil des réfugiés est  « immense ».

À l’occasion d’une réunion que l’Association des femmes arabes de la presse à Paris le Dr Kamel Mohanna, président fondateur de l’Association Amel, a souligné l’ampleur de la catastrophe humanitaire au Liban

Face à la crise des réfugiés, le Liban, surtout les associations humanitaires,  tente de trouver des solutions innovantes et  afin de sauvegarder un vivre-ensemble fondé sur l’adhésion à de valeurs humanistes. Les associations humanitaires libanaises ont lancé des programmes d’urgence à la crise des réfugiés syriens au Liban. Elles maintiennent une présence permanente dans les régions y compris aux moments les plus sensibles quand certaines organisations internationales retiraient leur personnel pour des raisons sécuritaires.  Il est notable que ces associations comme Amel ne font aucune distinction de religion, d’engagement politique et qu’elles apportent  de l’aide aux réfugiés syriens, tout en prenant en compte les besoins des populations locales et en favorisant la cohésion sociale entre les uns et les autres.

Il est aussi remarquable que l’État libanais est faible, parfois inexistant C’est la société civile libanaise qui prend ses responsabilités. Elle résiste tant bien que mal à la folie destructrice et cherche à sauvegarder un vivre-ensemble fondé sur l’adhésion à de valeurs humanistes. 

 


 
Il faut résoudre les crises

 


 
Mais, tout le monde - au Liban comme en Palestine, en Syrie ou en Irak -  est convaincu que c’est à la base qu’il faut agir. Il faut éradiquer les causes des migrations en résolvant les conflits, dont la communauté internationale – pour certaines grandes  puissances – porte une large responsabilité. La question de Palestine, créée de toutes pièces par les puissances et l’Onu en 1947-1948 et toujours pas résolue continue à avoir des effets désastreux pour le peuple palestinien (dont plus de la moitié de la population vit dans des camps de réfugiés).

La dislocation de l’Irak par l’agression des États-Unis en 2003 a fait d’un peuple prospère et éduqué une armée de malheureux dont d’innombrables réfugiés et on peut penser que ce n’est pas  fini… Le drame syrien est une machine à faire des réfugiés…

On a parfois l’impression que les  bons sentiments larmoyants de la communauté internationale ne servent qu’à masquer son impuissance ou sa complicité dans les drames qui endeuillent la région. 

Concluant le Forum du Centre Nord Sud de 2015, André Azoulay  déclarait «  Il faut une compréhension critique et scientifique des causes dont nous sommes collectivement responsables. C’est-à-dire une analyse objective des causes qui nous ont conduits à ce cauchemar… »

La solution à la question des réfugiés (palestiniens, syriens, irakiens…) est d’abord politique  puisqu’il s’agit avant tout de mettre fin aux iniquités et aux massacres et rétablir les personnes dans leurs conditions de citoyens au sein d’États de droit. 

 


 
L’exemple du Maroc


 
Le second exemple que je souhaite évoquer plus brièvement est celui d’un pays à l’autre bout du sud de la Méditerranée, le Maroc, pays émergent et donc devenu un pays de destination.

Contrairement aux pays européens qui n'ont pas pris la peine de réfléchir à une véritable politique d'intégration de leurs migrants, le Maroc semble réussir ce défi. Sur ce point il faut rendre hommage au Roi Mohammed VI.

En effet, le Roi Mohammed VI qui sait anticiper les défis et les  problèmes, comme on le voit avec le développement des énergies renouvelables, a initié en septembre 2013 une  Nouvelle Politique Migratoire du Maroc permettant une gestion plus humaine des migrants clandestins. Selon le Souverain, il  s’agit de garantir une intégration réussie de ces immigrés fondée sur des droits et obligations, à travers notamment l'accès aux services de base (santé, éducation, emploi). Cette politique s’inscrit dans le cadre de la diplomatie  africaine du Royaume et propose un exemple qui intéresse déjà de nombreux pays qui, comme le Côte d’Ivoire, souhaitent s’en inspirer.

En conséquence, une stratégie nationale en matière d’immigration et d’asile a été élaborée par le Royaume pour assurer des conditions de vie dignes et d’insertion économique et sociale

Parmi les mesures prises il faut mentionner  la régularisation des plusieurs centaines de personnes reconnues «réfugiés politiques» par le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). Ces  migrants pourront  travailler ou avoir une carte de résident permanent. Un  statut pour les futurs demandeurs d’asile a été créé afin de faire face à l’afflux de migrants clandestins autrement qu’en les refoulant hors des frontières.

En même temps, le Maroc a intensifié la lutte contre les réseaux de trafic et traite des êtres humains. On sait en effet que le malheur des réfugiés est exploité sans vergogne par toute une maffia de profiteurs et de criminels qui de l’Afghanistan à l’Éthiopie et à l’Érythrée jusqu’à l’Afrique occidentale, en passant par la Turquie et la Libye, organisent des trafics ignobles. Combattre ces réseaux devrait aussi être  l’une  des priorités de la communauté internationale qui, ici encore, ne peut s’exonérer de ses responsabilités.

 


 
En conclusion, à travers les exemples du Liban et du Maroc, on voit que la question des migrants n’est pas ignorée au sud de la Méditerranée où des pays savent y apporter des solutions humaines et pratiques. Il est dommage que les médias, souvent prompts à faire dans le sensationnel et l’immédiateté, ignorent ces réalités.





Post new comment