Perspectives géopolitique pour 2017

  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/views.module on line 1113.
  • strict warning: Declaration of views_handler_field::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_field.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_sort::options_validate() should be compatible with views_handler::options_validate($form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_sort.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_sort::options_submit() should be compatible with views_handler::options_submit($form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_sort.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_sort::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_sort.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_filter::options_validate() should be compatible with views_handler::options_validate($form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_filter.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_filter::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_filter.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_area::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_area.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_area_text::options_submit() should be compatible with views_handler::options_submit($form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_area_text.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_query::options_submit() should be compatible with views_plugin::options_submit($form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/plugins/views_plugin_query.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_row::options_validate() should be compatible with views_plugin::options_validate(&$form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/plugins/views_plugin_row.inc on line 0.
  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/views.module on line 1113.
  • strict warning: Declaration of views_handler_argument::options_validate() should be compatible with views_handler::options_validate($form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_argument.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_argument::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_argument.inc on line 0.
  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/views.module on line 1113.
  • user warning: You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MariaDB server version for the right syntax to use near 'AND n.nid != 218 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10' at line 1 query: SELECT DISTINCT n.title, n.nid FROM node n INNER JOIN content_type_article tn ON n.nid = tn.nid WHERE n.status = 1 AND tn.nid = AND n.nid != 218 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10 in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/includes/common.inc(1731) : eval()'d code on line 7.
  • user warning: You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MariaDB server version for the right syntax to use near 'AND n.nid != 218 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10' at line 1 query: SELECT DISTINCT n.title, n.nid FROM node n INNER JOIN content_type_article tn ON n.nid = tn.nid WHERE n.status = 1 AND tn.nid = AND n.nid != 218 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10 in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/includes/common.inc(1731) : eval()'d code on line 7.
  • user warning: You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MariaDB server version for the right syntax to use near 'AND n.nid != 218 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10' at line 1 query: SELECT DISTINCT n.title, n.nid FROM node n INNER JOIN content_type_article tn ON n.nid = tn.nid WHERE n.status = 1 AND tn.nid = AND n.nid != 218 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10 in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/includes/common.inc(1731) : eval()'d code on line 7.
Analyse
2017-02
Cet article a été publié dans: 
Numéro 107 - Février 2017

Sur le plan international, l’année 2016 présente un bilan très mitigé. Elle a été marquée par la fin de la présidence de Barak Obama à la tête de ce qui reste de la plus grande puissance du monde. De fait, le bilan d’Obama est très médiocre, il n’a rien fait pour changer le jeu obscur des États-Unis, par exemple au Proche-Orient (Palestine, Afghanistan, Irak, Syrie, etc.). Pire encore, avec ses réseaux gauchistes et l’aide d’associations comme la fondation Soros manipulant des groupes activistes, il a fomenté les événements révolutionnaires – très niaisement qualifiés de « printemps arabes ». Il faut bien constater un déclin des États-Unis, notamment au profit de leurs deux principaux concurrents : la Russie et la Chine.

En effet, grâce au volontarisme de Vladimir Poutine, la Russie est redevenue une puissance importante avec des vues hégémoniques, notamment au Proche-Orient où l’effacement des États- Unis a été accentué par l’administration Obama qui a été incapable de provoquer la chute du régime Assad et a entrepris de se rapprocher du régime des mollahs iraniens aux dépens de ses alliés arabes traditionnels. Pour ce qui concerne la Chine, il est clair que Pékin a, d’une part, renforcé son statut de puissance économique et, d’autre part, décidé de s’affirmer comme une puissance hégémonique en Asie. En revanche, l’Union européenne a confirmé son inexistence politique alors que ses performances économiques envers les pays membres s’avèrent insatisfaisantes. Le vote des Britanniques en faveur du retrait de cette union (Brexit) a remis en question une construction artificielle qui suscite de plus en plus l’hostilité des peuples des nations européennes.

Enfin, les pays du Sud affichent pour la plupart un bilan assez consternant. Les États prétendument émergents comme le Brésil, le Mexique et, surtout, l’Afrique du Sud, sont en crise. L’Inde elle-même est encore loin de présenter une situation sereine d’autant plus que la remontée des cours des hydrocarbures ne lui est pas favorable, elle reste un pays pauvre où un quart de la population vit en dessous du seuil de pauvreté tandis que la corruption a conduit à démonétiser des milliards de billets dans des conditions précipitées qui ont paralysé l’économie. Au sud de la Méditerranée, le chaos a régné de la Syrie à la Libye, l’Algérie restant paralysée politiquement et en crise économique du fait de la baisse des cours du pétrole, ce qui a accentué un fort mouvement de mécontentement populaire. De fait seul le Maroc semble épargné tandis que la Tunisie a encore du mal à surmonter les effets des évènements de 2011. 


 
Comment se présente l’année 2017


 
L’année 2017 a commencé avec les premiers pas de l’administration Trump aux États-Unis. Il est clair que le caractère « atypique » de ce président pose beaucoup de questions. Il y a une sorte d’énigme Trump. Il prétend redonner sa grandeur à son pays mais on peut se demander si cela relève du simple slogan ou d’un programme précis. Les grands axes de sa politique sont le protectionnisme économique et un certain désengagement sur le plan international. Sur le fond, ces options ne sont pas blâmables mais toute la question porte sur leur mise en œuvre. Donald Trump est un partisan de ce qu’on appelle en France le patriotisme économique. Il vient de remporter un incontestable succès en incitant de grands constructeurs d’automobiles de relocaliser aux États-Unis. Maintenant, il faut bien voir que la cible du président Trump sera axée sur ceux qui inondent le monde de produits bas de gamme fabriqué à bas prix par des salariés sous-payés. S’il engage vraiment la bataille contre la Chine, Trump va remettre en question la globalisation ultralibérale. Est-ce qu’il y est vraiment près ? C’est toute la question.

Sur le plan politique, Trump est à la fois un adversaire de la Chine et un partisan du rapprochement avec la Russie. Pour le reste, il prône un désengagement de son pays –une forme d’isolationnisme- qui n’est pas rédhibitoire si cela consiste à ce que Washington s’abstienne d’intervenir à tort et à travers dans les affaires des autres, avec les conséquences désastreuses comme ce fut le cas de la guerre contre l’Irak qui a livré ce pays à l’anarchie et à la domination des bandes pro-iraniennes, ou le soutien aux catastrophiques événements de 2011, qualifiés à tort de « printemps arabes ». En revanche si l’isolationnisme consiste à laisser le champ libre à des puissances hégémoniques comme la Chine ou la Russie, cela n’est guère souhaitable car nous avons besoin d’un monde équilibré où les forts ne doivent pas être trop forts, et les faibles trop faibles. Il faut un équilibre entre les puissances dans un monde dangereux : le Proche-Orient reste une poudrière du fait des crises non résolus (Palestine –et sur ce point l’alignement de Trump sur l’extrême-droite israélienne est bien inquiétant), des chaos (Syrie, Libye) des menaces potentielles (Algérie, activisme iranien) ; des innombrables problèmes qui s’opposent au développement de l’Afrique (mauvaise gouvernance, corruption, explosion démographique), de l’essoufflement des pays prétendument émergents (Mexique, Brésil, Afrique du Sud…)

Dans ce contexte morose, l’économie mondiale va probablement avoir de la peine à décoller. La croissance est trop faible pour espérer une reprise significative après la grande récession qui a suivi la crise financière des années 2008-2009. La Chine présentée comme le moteur de l’économie mondiale est confrontée à une flambée de la dette privée et engagée dans un difficile exercice de rééquilibrage de son modèle afin d’augmenter le secteur à valeur ajoutée et une relance publique au profit des services destinés au marché intérieur. En réalité, partout c’est l’expectative qui prévaut. 


 
Une Union européenne malade


 
Quant à l’Union européenne, ce n’est qu’un slogan et une bureaucratie. Elle ne produit rien, ne crée rien. Il y a simplement des nations avec leur économie et leur savoir-faire propres. Il est clair qu’une certaine propagande supranationale a surestimé l’attrait et l’influence de cette organisation régionale qui s’est construite sur de mauvaises bases en développant une bureaucratie tatillonne et en voulant détruire le cadre traditionnel des nations. Cette construction que l’on présentait comme une panacée a démontré ses faiblesses et les peuples ont découvert un projet hostile aux États-nations et aux nations elles-mêmes qui ne correspond pas à leurs attentes. Du coup, ils ne croient plus à cette forme d’union et c’est ce qui explique aussi le retrait voté par les Britanniques (Brexit) que la montée en puissance des mouvements souverainistes (c’est-à-dire nationalistes), populistes et/ou contestataires. Tous ces mouvements bénéficient du fossé qui se creuse entre la nomenklatura européiste (y compris les médias) et les peuples qui sont souverainistes. En réalité, il y a un fossé entre l’idéologie supranationale libérale des eurocrates et les peuples qui ne sont pas favorables à l’ultralibéralisme. Au contraire, comme je l’expose dans un ouvrage qui paraîtra fin février aux éditions du Cerf (L’Etat-nation face à l’Europe des tribus) ils veulent plus d’autorité de l’État-nation pour sauvegarder le bien commun face aux intérêts particuliers.

De fait, l’Union européenne est en panne comme est en panne la globalisation. En Europe, il y a de graves différends entre les conceptions des uns et des autres, par exemple sur la politique migratoire de Merkel. En 2017, les élections qui vont avoir lieu en France, en Allemagne et aux Pays Bas vont contribuer à faire adopter un profil bas aux partisans de l’eurocratie. À vrai dire, l’Union européenne doit être repensée profondément. Il faut une réforme profonde laissant plus de place à la souveraineté des États et aux véritables aspirations des peuples, par exemple une majorité des peuples (78 % des Français), traumatisés par le terrorisme, veut l’abrogation ou une renégociation sérieuse de l’accord de Schengen de libre circulation des personnes entre les États signataires dudit accord. 


 
La  région sud-méditerranéenne en crise


 
 Il est incontestable que les évolutions mondiales, notamment celles des pays de la rive nord de la Méditerranée, ont des répercussions sur les pays de la rive sud. La plupart de ces pays sont également affectés par des menaces ou des désordres politiques, la persistance de conflits anciens (la Palestine), voire des chaos dramatiques (Irak, Syrie, Libye), sans compter des différends inutiles comme le complot séparatiste orchestré par le régime algérien au Sahara marocain. Par ailleurs, l’Algérie est une machine qui bouillonne en attendant l’explosion.

À l’exception du Maroc qui a préservé un équilibre institutionnel et social grâce à l’institution monarchique et à une vision globale de l’avenir (énergies renouvelables, développement économique, politique africaine de grande envergure, lutte contre l’extrémisme religieux…) les pays du Sud naviguent à vue. Souvent les interventions étrangères ont été catastrophiques, en particulier le jeu des États-Unis et ont favorisé les soulèvements de 2011 et plutôt soutenu les groupes islamistes qui avaient tiré leur épingle du jeu (Égypte, Tunisie). Les pays européens ont moins de moyens consacrés à l’aide au développement et beaucoup privilégient le seul aspect sécuritaire (lutte contre le terrorisme). En réalité, en Europe, seule la France a encore une politique au sud de la Méditerranée comme l’a démontré la tenue, le 15 janvier 2017,  à Paris de la conférence pour la paix afin de réaffirmer leur soutien au règlement juste, durable et global du conflit israélo-palestinien sur la base d’une solution négociée avec deux États, Israël et la Palestine,





Post new comment