Quelle culture de la « bonne gouvernance » ?

  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/views.module on line 1113.
  • strict warning: Declaration of views_handler_field::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_field.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_sort::options_validate() should be compatible with views_handler::options_validate($form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_sort.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_sort::options_submit() should be compatible with views_handler::options_submit($form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_sort.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_sort::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_sort.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_filter::options_validate() should be compatible with views_handler::options_validate($form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_filter.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_filter::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_filter.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_area::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_area.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_area_text::options_submit() should be compatible with views_handler::options_submit($form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_area_text.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_query::options_submit() should be compatible with views_plugin::options_submit($form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/plugins/views_plugin_query.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_row::options_validate() should be compatible with views_plugin::options_validate(&$form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/plugins/views_plugin_row.inc on line 0.
  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/views.module on line 1113.
  • strict warning: Declaration of views_handler_argument::options_validate() should be compatible with views_handler::options_validate($form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_argument.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_argument::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_argument.inc on line 0.
  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/views.module on line 1113.
  • user warning: You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MariaDB server version for the right syntax to use near 'AND n.nid != 259 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10' at line 1 query: SELECT DISTINCT n.title, n.nid FROM node n INNER JOIN content_type_article tn ON n.nid = tn.nid WHERE n.status = 1 AND tn.nid = AND n.nid != 259 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10 in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/includes/common.inc(1731) : eval()'d code on line 7.
  • user warning: You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MariaDB server version for the right syntax to use near 'AND n.nid != 259 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10' at line 1 query: SELECT DISTINCT n.title, n.nid FROM node n INNER JOIN content_type_article tn ON n.nid = tn.nid WHERE n.status = 1 AND tn.nid = AND n.nid != 259 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10 in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/includes/common.inc(1731) : eval()'d code on line 7.
  • user warning: You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MariaDB server version for the right syntax to use near 'AND n.nid != 259 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10' at line 1 query: SELECT DISTINCT n.title, n.nid FROM node n INNER JOIN content_type_article tn ON n.nid = tn.nid WHERE n.status = 1 AND tn.nid = AND n.nid != 259 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10 in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/includes/common.inc(1731) : eval()'d code on line 7.
  • user warning: You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MariaDB server version for the right syntax to use near 'AND n.nid != 259 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10' at line 1 query: SELECT DISTINCT n.title, n.nid FROM node n INNER JOIN content_type_article tn ON n.nid = tn.nid WHERE n.status = 1 AND tn.nid = AND n.nid != 259 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10 in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/includes/common.inc(1731) : eval()'d code on line 7.
Economie Monde
2018-04
Cet article a été publié dans: 
Numéro 119 - Avril 2018

Charles Saint-Prot, directeur général de l’Observatoire d’études géopolitiques de la Paris et l’universitaire Thierry Rambaud ont assisté au Forum de Tunis sur « Les nouveaux rôles culturels de la société civile dans la promotion de la bonne gouvernance », organisé les 23 et 24 mars par l’Instance nationale de lutte contre la corruption (INLUCC), le ministère de la Culture, l’ISESCO et diverses institutions. Charles Saint-Prot a présenté une communication sur  le rôle des universités et des institutions de la recherche scientifique dans la diffusion de la culture de bonne gouvernance.

 

 


 
Quand on parle de bonne gouvernance, un effort de clarification s’impose. Le terme de « gouvernance » qui est à la mode permet d’englober tout et n’importe quoi.  Voilà une expression qui est à la mode. Il est évident qu’il n’en existe pas une définition unique. Certains pensent qu’il s’agit de promouvoir l’État de droit et la lutte contre la corruption, d’autres estiment que cette notion est « installée au cœur des politiques de développement sur le modèle libéral que promeuvent les institutions financières internationales » depuis une quinzaine d’années.

 

 


 
Quelle bonne gouvernance ?

 

 


 
C’est à la fin des années 1970 que le terme bonne gouvernance a commencé sa carrière. La personne qui l’a porté sur les fonts baptismaux n’est autre que Mme Thatcher, l’ancien Premier ministre britannique, qui préconisait un  désengagement des autorités publiques vers des formes de privatisation. Vers 1990, la Banque Mondiale va utiliser cette expression pour définir ses politiques de libéralisme et de désengagement de l’État., notamment en Afrique. Le concept de bonne gouvernance tire donc son origine de la pensée ultralibérale et des institutions financières Banque Mondiale et FMI. Il ne faut donc pas être surpris de constater que c’est le socle de l’idéologie d’organisations comme l’OCDE ou l’UE. Ainsi, l’union  européenne se sert de l'évolution vers une économie du savoir pour justifier sa politique de l'éducation. Les enjeux économiques de la mondialisation sont à la base de l'intégration européenne. Selon cette conception, les questions politiques et culturelles seraient de moindre importance.

 

 


 
Pour beaucoup d’organisations internationales, la bonne gouvernance ce n’est pas bien gouverner au sens où l’entendaient Aristote, Thomas d’Aquin ou Jean Bodin. Elle s’inscrit dans un schéma idéologique qui est celui du désengagement de l’État. Or le désengagement de l’État signifie  que  l’intérêt général est sacrifié à celui des particuliers ou des groupes d’intérêts particuliers

Dans son ouvrage Gouvernance : Le management totalitaire (Montréal, Lux Éditeur, 2013), le philosophe Alain Deneault dénonce ce qui se cache derrière le mot « gouvernance ». Il expose que « gouvernance » n’est rien d’autre que  le projet d’adapter l’État aux intérêts et à la culture de l’entreprise privée. Ainsi, le concept aurait pour effet de confisquer la politique au profit de la seule gestion économique avec pour résultat la dissolution de la notion de chose publique (respublica) et la substitution du  « politique » et la « citoyenneté » par le discours managérial.

 

 


 
Bien sûr, si nous donnons un autre sens à l’expression bonne gouvernance, s’il s’agit de rechercher les voies d’une politique juste et équilibrée, au service du bien commun et bannissant la corruption, une bonne politique consistant à libérer la société de l’influence des lobbies et des groupes de pression, il en est de tout autre chose. Employé de manière consensuelle et sans connotations idéologiques, le terme «  bonne gouvernance » vise alors à promouvoir la culture de l’État et des pouvoirs publics. Elle figure souvent dans les textes (Constitution, lois) et toute la question est la volonté politique (ou la capacité) d’appliquer ces textes (voir le Liban, la Tunisie, l’Algérie, etc.)

 

 


 
Le rôle de l’enseignement

 

 


 
Sur ce point comment répandre la culture de la bonne gouvernance. Quel peut être le rôle de l’enseignement ?  Étant précisé qu’il n’appartient pas au Marché de dicter la ligne de conduite des sociétés humaines et les règles de la vie publique, quelle contribution en termes de connaissances, de compétences, de formation  et d'implication peut-on souhaiter de la part des universités et de la recherche scientifique pour qu’elles aident à inculquer la culture de la  bonne gouvernance ?

Je pense que l’on ne peut placer le curseur au niveau des universités. C’est trop tard et peu approprié pour beaucoup d’entre elles (médecine, disciplines scientifiques…). Il faut plutôt revaloriser l’éducation v civique au niveau de la Première et de la Terminale. Je dis bien l’éducation civique, c’est-à-dire la formation des citoyens  et non els balivernes que l’on enseigne aujourd’hui aux élèves (théorie du genre, bien-pensance, etc.)

 

 


 
La priorité doit être donnée au rôle de l’État. Le démembrement de l’État est le scandale de notre temps, tout comme le démantèlement des services publics au profit de sociétés privées qui font tout plus mal et plus cher.  Une société a besoin d’État, une autorité légitime au service du bien commun. Elle a besoin d’une autorité protectrice, laquelle doit être indépendante des brigues, des groupes d’intérêts et des factions qui mettent toujours en danger la solidarité nationale.

Face à tous les tribalismes nourris par l'individualisme et le  communautarisme, la priorité est de restaurer l’idée de bien commun qui consolide la citoyenneté. D’où la nécessite de mener une réflexion sur le bien commun. Le bien commun c’est la conviction que la nation est une société historique supérieure à la tribu ; que le citoyen est préférable au barbare ; que la loi générale, socle de l’État de droit, s’impose aux intérêts féodaux ou oligarchiques. Il convient donc de cesser de dénigrer l’État et recréer à son profit un sentiment de confiance, en mettant l’accent sur le fait que l’État doit être techniquement compétent et exemplaire du point de vue de l’éthique.

C’est ici que l’éducation prend sa place car c’est sa mission de mettre en exergue cette conception. Il faut enseigner aux jeunes générations que l’État est au service du bien commun. C’est aussi cette idée qui doit prévaloir dans les centres de recherche. C’est dire si les uns et les autres ne doivent pas être au service d’intérêts particulier mais au service du seul intérêt général. Mais encore faut-il que l’enseignement, le secondaire et l’universitaire comme les centres de recherches, échappent à toute récupération. On nous serine qu’il faudrait un partenariat entre le secteur public et le secteur privé. C’est un slogan  qui ne fait que masquer le désengagement de l’État au profit des groupes d’influence. Il est bien clair que le fameux secteur privé ne subventionnera que ce qui sert ses intérêts et son idéologie.

 

 


 
En conclusion, ce que je veux dire est qu’il faut se méfier de certaines notions répétées comme des incantations qui peuvent camoufler des réalités très exactement opposées à ce qu’elles prétendent défendre. Il faut se méfier de tout ce qui s’apparente à une certaine pensée unique au service d’intérêts obscurs. Dans ces conditions, l’enseignement, du secondaire à l’université, doit rester un service   public  et ne pas être soumis aux lobbies et au privé. C’est à ce prix qu’il   remplira sa mission qui est aussi d’éduquer et former les citoyens. Mais cela implique que l’enseignement soit un vrai service public et de qualité. Ceci est une autre histoire…





Post new comment