A quoi sert le G7 ?

  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /var/www/html/sites/all/modules/views/views.module on line 1113.
  • strict warning: Declaration of views_handler_field::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /var/www/html/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_field.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_sort::options_validate() should be compatible with views_handler::options_validate($form, &$form_state) in /var/www/html/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_sort.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_sort::options_submit() should be compatible with views_handler::options_submit($form, &$form_state) in /var/www/html/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_sort.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_sort::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /var/www/html/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_sort.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_filter::options_validate() should be compatible with views_handler::options_validate($form, &$form_state) in /var/www/html/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_filter.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_filter::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /var/www/html/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_filter.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_area::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /var/www/html/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_area.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_area_text::options_submit() should be compatible with views_handler::options_submit($form, &$form_state) in /var/www/html/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_area_text.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_query::options_submit() should be compatible with views_plugin::options_submit($form, &$form_state) in /var/www/html/sites/all/modules/views/plugins/views_plugin_query.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_row::options_validate() should be compatible with views_plugin::options_validate(&$form, &$form_state) in /var/www/html/sites/all/modules/views/plugins/views_plugin_row.inc on line 0.
  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /var/www/html/sites/all/modules/views/views.module on line 1113.
  • strict warning: Declaration of views_handler_argument::options_validate() should be compatible with views_handler::options_validate($form, &$form_state) in /var/www/html/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_argument.inc on line 0.
  • strict warning: Declaration of views_handler_argument::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /var/www/html/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_argument.inc on line 0.
  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /var/www/html/sites/all/modules/views/views.module on line 1113.
  • user warning: You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MySQL server version for the right syntax to use near 'AND n.nid != 294 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10' at line 1 query: SELECT DISTINCT n.title, n.nid FROM node n INNER JOIN content_type_article tn ON n.nid = tn.nid WHERE n.status = 1 AND tn.nid = AND n.nid != 294 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10 in /var/www/html/includes/common.inc(1731) : eval()'d code on line 7.
  • user warning: You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MySQL server version for the right syntax to use near 'AND n.nid != 294 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10' at line 1 query: SELECT DISTINCT n.title, n.nid FROM node n INNER JOIN content_type_article tn ON n.nid = tn.nid WHERE n.status = 1 AND tn.nid = AND n.nid != 294 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10 in /var/www/html/includes/common.inc(1731) : eval()'d code on line 7.
  • user warning: You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MySQL server version for the right syntax to use near 'AND n.nid != 294 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10' at line 1 query: SELECT DISTINCT n.title, n.nid FROM node n INNER JOIN content_type_article tn ON n.nid = tn.nid WHERE n.status = 1 AND tn.nid = AND n.nid != 294 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10 in /var/www/html/includes/common.inc(1731) : eval()'d code on line 7.
Analyse
2019-09
Cet article a été publié dans: 
Numéro 127 - Septembre 2019

Le G7, regroupant les pays occidentaux les plus riches (Etats-Unis, Canada, Grande-Bretagne, France, Allemagne, Italie et Japon) s’est tenu à Biarritz les 24 et 25 août 2019. Le thème du sommet a été celui des inégalités économiques. De nombreuses associations anticapitalistes ont dénoncé la croissance de ces inégalités. En fait, la pauvreté relative (inégalités) s’accroît tandis que la pauvreté absolue baisse dans le monde. La croissance économique des pays en développement a rendu le monde globalement moins inégalitaire. Entre 2000 et 2014, la part de la richesse mondiale captée par les pays « intermédiaires » comme l’Inde, le Mexique, etc. a progressé de près de 50% alors que celle des pays les plus pauvres est restée stable. Mais cette situation doit être approchée différemment. Le communisme notamment a entraîné une hausse des inégalités mais le choix des stratégies de sortie a induit des différences considérables. La dérégulation très rapide de l’économie de l’URSS - moins d’une décennie - a permis le transfert de tout une partie de la richesse publique aux mains de quelques oligarques, faisant passer le pays le plus égalitaire du monde au rang du plus inégalitaire. En Chine, la transformation a été plus progressive. Dans le même temps, les inégalités de richesse se sont accrues à l’intérieur des pays riches. En 1980, dans les pays de l’OCDE, 1% des ménages les plus riches captaient 6% du revenu total avant impôt. En 2014, ils en prélevaient 11%. Sur la même période, ce chiffre est passé de 8% à 12% dans les pays du G7. Ainsi, depuis les années 1980, les inégalités se réduisent dans le monde... sauf dans les pays riches. Ce résultat découle notamment de fortes disparités au sein des pays du G7, liées en particulier à des choix politiques. Au niveau mondial, le modèle social redistributif, adopté de longue date en Europe, pourrait faire la différence pour les plus pauvres. En effet, les impôts et les transferts sociaux peuvent fortement contribuer à réduire la pauvreté relative. Par exemple, la France est le pays qui réduit le plus les inégalités grâce à son modèle social : avec la redistribution, le taux de pauvreté atteint 8% et serait de l’ordre de 35% sans transferts sociaux. Autre élément à prendre en compte : les salaires ont stagné alors que l’inflation a progressé. Pour 25% des citoyens de six pays du G7, le revenu disponible réel a fortement baissé depuis 2005. Parallèlement, l’endettement des ménages a augmenté : il est passé d’un peu plus de 85% du revenu net disponible en 1995 à près de 125% en 2017. Le contexte social de chaque pays est également à prendre en considération car les inégalités sont parfois objet de fantasmes. Concernant la France, les inégalités de revenu ont baissé jusqu’aux années 1990, avant de se stabiliser. Si les inégalités de patrimoine ont également baissé drastiquement sur une longue période, certains signaux laissent craindre leur potentiel retour. Les manifestations des « gilets jaunes » ont montré que les territoires sont inégaux, à la fois, entre eux et en leur sein. Néanmoins, plusieurs éléments montrent que notre pays se positionne comme relativement peu inégalitaire dans la hiérarchie mondiale en raison notamment des dépenses sociales, une des plus élevées du monde, qui se monte à plus du tiers du Produit intérieur brut (PIB). Malgré tout, les perceptions sont toutes autres, et il y a une réelle crainte française vis-à-vis des inégalités. Les Français se caractérisent par leur scepticisme. En 2018, selon une étude de McKinsey, ils étaient 76% à estimer que notre pays était sur la mauvaise voie (contre 60% pour l’ensemble du G7). Ainsi, si la croissance économique demeure une condition nécessaire à une prospérité généralisée, celle-ci est insuffisante. Il convient de relever les défis liés à la lutte des inégalités, d’élargir l’accès à des soins de santé et à une éducation de qualité, d’adopter une nouvelle approche du travail et des compétences… Pour cela, les États doivent reposer la question du partage des gains économiques, de la refonte de l’aide sociale... Si les progrès économiques ont permis de réduire l’extrême pauvreté, près de la moitié des habitants de la planète reste confrontée à de grandes difficultés pour satisfaire leurs besoins élémentaires (environ 3,4 milliards d’individus, notamment en Afrique subsaharienne). Les comparaisons internationales ne portent plus seulement sur la pauvreté absolue mais sur la pauvreté relative, qui recense les ménages vivant sous une certaine fraction du revenu médian. Il ressort que si la pauvreté absolue baisse de plus de la moitié dans les pays en développement, la pauvreté relative a triplé, le dénuement total a diminué et les inégalités y progressent. Par ailleurs, on observe un déplacement de la pauvreté extrême, nourri par la baisse importante de la pauvreté dans des pays devenus des puissances économiques. La Chine ne compte, officiellement, « presque » plus de pauvres (10 millions) tandis que ce volume se réduit rapidement en Inde (moins de 100 millions d’individus en 2017). En termes de taux de pauvreté monétaire (pourcentage de personnes vivant avec 1 000 euros par mois de revenus disponibles), l’Union européenne (UE) compterait 87 millions de pauvres, dont 13 millions en Allemagne, 12 millions en Italie, 10 millions au Royaume-Uni. En France, du fait de l’importance des dépenses sociales et de la redistribution, la pauvreté est stable - autour de 14% de la population soit 9 millions de personnes - et se situe en-dessous de la moyenne européenne, qui est à 17%. Si les pays s’inscrivent dans une tendance où la concurrence fiscale est attisée, où la progressivité de l’impôt se réduit, comme c’est le cas actuellement en France ou aux Etats-Unis, ils porteront alors une lourde responsabilité vis-à-vis des autres nations comme l’Inde, les pays africains, le Brésil… car ce mouvement incitera ces pays à aller plus loin encore dans cette voie dangereuse afin de rester concurrentiels sur le plan fiscal. Cette « fuite en avant » est d’autant plus incohérente que les groupes de contribuables que ces pays favorisent au plan fiscal sont ceux qui ont accaparé une part disproportionnée de la croissance au cours des dernières décennies. Ces réformes ne peuvent qu’aggraver le sentiment d’abandon, face à la mondialisation, qu’ont les classes populaires et moyennes. Je suis sceptique quant à savoir si le thème des inégalités a pu trouver un début de solution durant un G7 qui devait discuter des inégalités et plus spécifiquement de la lutte contre les inégalités de destin et les inégalités environnementales. D’autant plus que les dirigeants présents n’étaient d’accord sur rien, comme l’atteste la divergence entre un Trump pourfendeur du politiquement correct porté par Macron, et que beaucoup sont notoirement affaiblis (Merkel, Trudeau, Conté…). De plus, le G7 est un « entre soi » où seuls les pays occidentaux les plus riches ont droit de cité pour discuter des conflits et négociations internationales en cours. Or, dans le contexte actuel, les conflits d’intérêts nationaux s’annoncent nombreux. Ce groupe informel – qui de facto présente le « vieux monde » - est donc devenu, par la force des choses, le théâtre d’enjeux diplomatiques.





Post new comment