Rencontre avec la réalisatrice Jihane Chouaib : La quête du pays rêvé

  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/views.module on line 1113.
  • strict warning: Declaration of views_handler_field::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_field.inc on line 1147.
  • strict warning: Declaration of views_handler_sort::options_validate() should be compatible with views_handler::options_validate($form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_sort.inc on line 165.
  • strict warning: Declaration of views_handler_sort::options_submit() should be compatible with views_handler::options_submit($form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_sort.inc on line 165.
  • strict warning: Declaration of views_handler_sort::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_sort.inc on line 165.
  • strict warning: Declaration of views_handler_filter::options_validate() should be compatible with views_handler::options_validate($form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_filter.inc on line 587.
  • strict warning: Declaration of views_handler_filter::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_filter.inc on line 587.
  • strict warning: Declaration of views_handler_area::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_area.inc on line 81.
  • strict warning: Declaration of views_handler_area_text::options_submit() should be compatible with views_handler::options_submit($form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_area_text.inc on line 121.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_query::options_submit() should be compatible with views_plugin::options_submit($form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/plugins/views_plugin_query.inc on line 169.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_row::options_validate() should be compatible with views_plugin::options_validate(&$form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/plugins/views_plugin_row.inc on line 136.
  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/views.module on line 1113.
  • strict warning: Declaration of views_handler_argument::options_validate() should be compatible with views_handler::options_validate($form, &$form_state) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_argument.inc on line 917.
  • strict warning: Declaration of views_handler_argument::query() should be compatible with views_handler::query($group_by = false) in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_argument.inc on line 917.
  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/sites/all/modules/views/views.module on line 1113.
  • user warning: You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MariaDB server version for the right syntax to use near 'AND n.nid != 67 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10' at line 1 query: SELECT DISTINCT n.title, n.nid FROM node n INNER JOIN content_type_article tn ON n.nid = tn.nid WHERE n.status = 1 AND tn.nid = AND n.nid != 67 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10 in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/includes/common.inc(1731) : eval()'d code on line 7.
  • user warning: You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MariaDB server version for the right syntax to use near 'AND n.nid != 67 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10' at line 1 query: SELECT DISTINCT n.title, n.nid FROM node n INNER JOIN content_type_article tn ON n.nid = tn.nid WHERE n.status = 1 AND tn.nid = AND n.nid != 67 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10 in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/includes/common.inc(1731) : eval()'d code on line 7.
  • user warning: You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MariaDB server version for the right syntax to use near 'AND n.nid != 67 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10' at line 1 query: SELECT DISTINCT n.title, n.nid FROM node n INNER JOIN content_type_article tn ON n.nid = tn.nid WHERE n.status = 1 AND tn.nid = AND n.nid != 67 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10 in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/includes/common.inc(1731) : eval()'d code on line 7.
  • user warning: You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MariaDB server version for the right syntax to use near 'AND n.nid != 67 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10' at line 1 query: SELECT DISTINCT n.title, n.nid FROM node n INNER JOIN content_type_article tn ON n.nid = tn.nid WHERE n.status = 1 AND tn.nid = AND n.nid != 67 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10 in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/includes/common.inc(1731) : eval()'d code on line 7.
  • user warning: You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MariaDB server version for the right syntax to use near 'AND n.nid != 67 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10' at line 1 query: SELECT DISTINCT n.title, n.nid FROM node n INNER JOIN content_type_article tn ON n.nid = tn.nid WHERE n.status = 1 AND tn.nid = AND n.nid != 67 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10 in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/includes/common.inc(1731) : eval()'d code on line 7.
  • user warning: You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MariaDB server version for the right syntax to use near 'AND n.nid != 67 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10' at line 1 query: SELECT DISTINCT n.title, n.nid FROM node n INNER JOIN content_type_article tn ON n.nid = tn.nid WHERE n.status = 1 AND tn.nid = AND n.nid != 67 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10 in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/includes/common.inc(1731) : eval()'d code on line 7.
  • user warning: You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MariaDB server version for the right syntax to use near 'AND n.nid != 67 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10' at line 1 query: SELECT DISTINCT n.title, n.nid FROM node n INNER JOIN content_type_article tn ON n.nid = tn.nid WHERE n.status = 1 AND tn.nid = AND n.nid != 67 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10 in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/includes/common.inc(1731) : eval()'d code on line 7.
  • user warning: You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MariaDB server version for the right syntax to use near 'AND n.nid != 67 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10' at line 1 query: SELECT DISTINCT n.title, n.nid FROM node n INNER JOIN content_type_article tn ON n.nid = tn.nid WHERE n.status = 1 AND tn.nid = AND n.nid != 67 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10 in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/includes/common.inc(1731) : eval()'d code on line 7.
  • user warning: You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MariaDB server version for the right syntax to use near 'AND n.nid != 67 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10' at line 1 query: SELECT DISTINCT n.title, n.nid FROM node n INNER JOIN content_type_article tn ON n.nid = tn.nid WHERE n.status = 1 AND tn.nid = AND n.nid != 67 ORDER BY n.created DESC LIMIT 10 in /mnt/target06/348462/612397/www.alayammagazine.com/web/content/includes/common.inc(1731) : eval()'d code on line 7.
Entretien
Photo Antoine MULLER
2012-11
Cet article a été publié dans: 
Numéro 57 - Novembre 2012

 

Jihane Chouaib est née à Beyrouth, peu avant le début de la guerre civile en 1975. Elle a passé son enfance au Mexique et, depuis son adolescence, elle vit en France, où elle a étudié la philosophie et le théâtre. Elle a réalisé plusieurs court-métrages parmi lesquels Sous mon lit, montré à la Semaine de la Critique à Cannes a reçu le Prix du meilleur court métrage de l’année décerné par le Syndicat de la Critique, Lutin de la meilleure comédienne...). Son film- documentaire, Pays rêvé, qui a été programmé lors de deux festivals  au Liban est à l’affiche à Paris à partir du 31, octobre.  

Zeina el Tibi l’a rencontré à cette occasion pour al Ayam. 

 

«  A quoi retourne-t-on que tout à changer ? Mon pays existe- t- il encore ? ». C’est à cette question que tentent de répondre quatre artistes, Nada Chouaïb, Patric Chiha, Katia Jarjoura et Wajdi Mouawad qui partagent la quête  du « pays rêvé ».  Une quête d’identité à la recherche de l’innocence d’une enfance perturbée. L’enfance de ceux qui sont partis arrachés à leur milieu d’origine. Selon Jihane Chouaib, son film raconte comment « dans le Liban d’aujourd’hui, des Libanais de l’étranger, enfants de la guerre, se mettent en quête d’un pays rêvé. Un territoire intérieur, fondateur et inaccessible comme l’enfance. Entre douceur et massacre, chacun tente de se ressaisir de ce qui le construit. Pour conquérir la liberté de réinventer son identité. »  

 

Elle décrit le mal-être de  ceux qui ont quitté un pays qui les a vu naître. Face à ceux  qui ont dû affronter et subir des violences, ceux que Jihane Chouaib appelle les  «Libanais de l’intérieur »,  le questionnement de l’appartenance est totalement différent. En fait c’est une interrogation sur une appartenance qui leur fait défaut. «  Peut-on dire que nous sommes libanais, nous qui sommes partis tout  petits ? Nous  nous attachons alors à des signes qui nous garantissent  cette identité et nous y lient tel que les passeports.»

Du coup, son documentaire oblige la réalisatrice  à faire face à l’appréhension de découvrir un pays dont elle a toujours rêvé, celui auquel  ses parents, ont pendant  toute son enfance, fait référence et  qui  les a  suivis pas à pas tout au long de leur parcours, du Mexique puis en France,  mais qu’elle connait si mal. Jihane  se retrouve face à un mur d’incompréhension  «  Quand j’arrive au Liban je tiens à chaque fois à mettre ma double nationalité sur la fiche de douane mais  systématiquement le douanier efface le terme ‘libanaise’. Par ailleurs on me reproche de ne pas parler, ou mal, ma langue maternelle». 

 

Par ses mots on sent une certaine rupture puis un besoin d’affirmer une identité libanaise imprégnée d’esprit inédit et de diversité. Mais jusqu’à quel point ces remarques peuvent-elles perturber un esprit à la recherche de ses racines ?  Ne peut-on pas avoir le sentiment d’un déracinement lorsqu’on change de ville tout en restant dans le même pays ?  A cette question Jihane répond par une comparaison: « Dans ce cas aussi on peut en effet se sentir déraciné, cela me fait penser à mon amie qui est bretonne et qui s’est installée à Paris. Aujourd’hui, pour les gens de sa province bretonne, elle ne fait plus partie de leur cercle, elle est devenue «  la parisienne » ; elle se sent donc obligée de prouver son appartenance à cette région ». 

 

Le déracinement peut  aussi être dû au passage de l’enfance à l’âge adulte. Nous quittons le monde de l’imaginaire rempli d’histoires de fées et de lutins,  de  croyances et de peurs, d’images imaginées, et nous nous rendons compte que la réalité de la vie est tout autrement.  «  Le déracinement n’est pas forcément un  exil géographique » explique la réalisatrice qui rappelle que  Nada Chouaib, sa sœur, raconte dans son témoignage qu’elle a, en quittant son pays natal, perdu la parole. Il  lui a fallu du temps de réadaptation et c’est grâce à l’art, la danse qu’elle est arrivée à s’exprimer.  N’est-ce pas aussi le cas de Jihane qui s’exprime via la création cinématographique  à travers les témoignages des autres ? « Ma sœur avait perdu totalement la parole à l’âge de deux ans et demi et ceci  pendant une période de transition qui a duré six mois, elle ne prononçait aucune parole c’était un blocage complet. Il est vrai que personnellement je m’exprime plus aisément  par l’écriture et par les images. Avant même de faire du cinéma, mon écriture a toujours été visuelle.  Le cinéma m’a  permis de mettre en image l’imaginaire de mes personnages  et les périodes de transition dans leur vie comme dans le film « sous  mon lit » un film de fiction paru en 2004. Mais aussi mon court métrage « Autour des confitures » qui est un huit clos familial entre trois sœurs et leur frère. Les sœurs prenaient soin du frère et vivaient en vase clos comme dans un bocal.  A la fois un amour immense et totalement étouffant. Inspirée d’une histoire réelle de mon village au Liban. Dans ma création cinématographique,  j’ai toujours cherché à créer des lieux  sans chercher à capter la réalité. Même à travers « Pays rêvé » qui est un documentaire, j’ai  retravaillé les cadrages pour que chaque lieu  se recrée et devienne autre. »

 

Le film retrace un lien affectif entre les « acteurs témoins » et l’idée qu’ils se font du Liban, un Liban imaginé, rêvé, réinventé et surtout blâmé. Le metteur en scène, acteur et romancier Wajdi Mouawad, par exemple, cherche à garder entre le Liban et lui un espace poétique et imaginaire au point qu’au dernier moment, il  refuse de prendre l’avion pour  Beyrouth. Pour  dévoiler ses sentiments sur sa terre natale, il  préfèrera exprimer son émotion  dans une chambre d’hôtel à l’aéroport de Paris, un lieu neutre et sans âme. Loin d’être à l’image de l’endroit où il « crie » son désarroi, les paroles de ce grand dramaturge sont dures et montrent à quel point son être  est profondément  blessé. Il n’hésite pas à déclarer : «  Je veux savoir par quoi j’ai été plié, pour pouvoir le déplier. J’ai besoin de savoir comment cette communauté a éduqué ses enfants, de quoi on m’a convaincu, pour m’en dé-convaincre ». 

 

C’est un «  chagrin infini et doux » partagé par les quatre personnages du documentaire. Pour Patric Chiha, un réalisateur vivant à Paris « Les mythes restent des mythes. Et donc le Liban c’était comme un grand trou qu’on n’a pas besoin de réaliser, d’y aller, de voir ce que c’est vraiment ». Quant à Katia Jarjoura, journaliste et réalisatrice ; elle voulait « vivre son propre Liban », refusant la blessure morale de son père, elle a voulu défier le destin  au point de chercher une blessure de balle, celle-ci bien réelle. 

 

Pourquoi avoir choisi ces témoignages ?  Selon Jihane Chouaib,  son choix « n’a à aucun moment été guidé par une influence politique ou confessionnelle. J’ai tenu à choisir  des proches, des personnes que je connaissais bien. Même génération, même type de parcours c’est-à-dire un rapport très distendu vis-à-vis du Liban mais surtout intimes vis-à-vis de moi. Je cherchais des personnes d’origine libanaise ayant quitté le Liban en bas âge ou nés de parents libanais. Je cherchais ceux pour qui le Liban est devenu un pays irréel et qui ont reproduit cet imaginaire dans leur expression artistique, soit par l’écriture comme Wajdi Moawad ou les reportages (Katia Jarjoura,  la danse (Nada Chouaib) ou le cinéma (Patric Chiha). J’espérais à travers ce choix arriver à  dégager les formes et les sentiments profonds  enfouis au fond de chacun, à travers eux peut-être les miens.

Une remarque, aucun des personnages n’a eu l’envie de rester et de s’installer au Liban, même Katia Jarjoura qui y a vécu une partie de sa vie a décidé de partir. Jihane pense que « tous ont le sentiment de ne pas avoir trouvé leur place. Mais leur destin restera toujours lié au Liban. J’espère moi-même aller au Liban prochainement et y rester au moins une année et en profiter pour tourner mon prochain  film ». 

Ce film, Mon souffle, sera son premier long-métrage de fiction. Le thème se rapproche du documentaire, il constitue toujours une interrogation entre le retour et la mémoire : une femme qui décide de s’installer dans sa maison de famille en ruines et de déterrer les secrets…